Les nouvelles ligues

le 09/02/2019 à 23:15 par Blaise Collin

Le football aux États-Unis c’est comme le cinéma : on aime bien ces films où Superman (Tom Brady) se débarrasse de la kryptonite (Aaron Donald) pour sauver, une fois de plus, le monde (remporter encore et encore le Super Bowl). Il y a du drame, du suspense, du patriotisme et, à la fin, tout rentre dans l’ordre et les gentils (les New England Patriots) gagnent.

Mais bon, aussi sympathique soit ce bon Bill Belichick, on aime aussi de temps en temps un petit film indépendant loin des spotlights de Hollywood. Exit NFL, bienvenue XFL, AAF et Pac Pro ! Tour d’horizon de ces nouvelles ligues professionnelles qui rêvent de faire de l’ombre à la toute puissante NFL et au passionné football universitaire.

XFL
XFL

La XFL renait de ses cendres. L’ancien catcheur et magna de la WWE Vince McMahon avait lancé cette ligue en 2001. Après une saison et quelques dizaines de millions de dollars de perte, la ligue avait remis son premier et unique trophée de champion aux Los Angeles Xtreme avant de fermer ses portes. Les raisons de l’échec sont multiples mais le caractère trop divertissant de la ligue (micros sur les joueurs, interviews pendant les matchs, utilisation racoleuse des cheerleaders, etc.) et le manque de talent sur le terrain ont eu raison de cette première version de la XFL qui avait pourtant quelques bonnes intentions (raccourcissement de la durée des matchs et autres changements de règles censés rendre le produit attractif).

Près de vingt ans plus tard, la XFL entend reprendre du service dans un format très similaire de huit équipes, toutes propriétés de la ligue, engagées dans une saison régulière de dix matchs suivie de deux tours de play-offs. Les équipes seront situées à Dallas, Houston, Los Angeles, New York, Saint Louis, Seattle, Tampa Bay et Washington. Bob Stoops, le légendaire ex-entraineur des Oklahoma Sooners, a été le premier entraineur recruté par la ligue. Il sera à la tête de l’équipe de Dallas, comme quoi la bouillante rivalité entre l’Oklahoma et le Texas ne résiste pas à l’appel du maitre dollar…

Le lancement de la ligue, dont le commissionnaire est Oliver Luck – ancien directeur athlétique de West Virginia et père du quarterbackQuarterback
c'est le stratège de l'équipe. Il décide des tactiques avec ses coachs. Il est chargé de transmettre la balle à ses coureurs et de distiller les passes à ses receveurs.
des Colts – est prévue pour le 8 février 2020, une semaine après le Super Bowl. Parmi les autres dignitaires de la ligue on retrouve des anciens coaches NFL comme Jim Caldwell (Colts et Lions) et John Fox (Panthers, Broncos et Bears) et d’anciens joueurs comme Doug Flutie (dont la passe Ave Maria contre les Miami Hurricanes en 1984 demeure l’une des plus fameuses du College Football).

La XFL nouvelle version ne répètera pas ses erreurs de jeunesse : pas de cheerleaders – la ligue veut se concentrer avant tout sur le jeu – mais tout de même une flopée de nouvelles règles censées accélérer le jeu et limiter la durée des matchs à 2h30. Ces règles sont actuellement testées dans des ligues semi-professionnelles et incluent notamment la suppression des arrêts de volée, l’obligation de joueur les conversions après touchdownTouchdown (TD)
c'est l'essai qui vaut 6 points et qui peut être transformé au choix à 1 ou 2 points. Il suffit que le ballon pénètre dans la endzone. (pas besoin d'aplatir)
(pour 1 point en partant des 2 yards, 2 points en partant des 5 yards et 3 points en partant des 15 yards), l’éligibilité de tous les joueurs – y compris ceux de ligne offensive – derrière la ligne de mêlée et une horloge tournant en continu hormis lors de deux dernières minutes de chaque mi-temps.

Coté sous-sous, les joueurs seront payés un minimum de 7 500 dollars par match mais les plus méritants pourraient atteindre des salaires annuels de 300 000 dollars. Les 45 joueurs de chaque équipe auront également une couverture maladie payée par la ligue. Ils seront embauchés pour des contrats d’un an et libres de joindre d’autres ligues le reste de l’année. Ils pourraient également toucher des bonus par match pour maintenir leur motivation dans les résultats de matchs, quels qu’ils soient.

Pacific Pro Football
Pacific Pro Football

La Pacific Pro (son petit nom) ou Pacific Pro League est une ligue développementale de football dont l’ambition est de servir de tremplin à la NFL en attirant (et en payant !) des joueurs non-éligible en NFL (i.e., tous les joueurs étant à moins de trois ans de la fin du lycée).

L’objectif est on ne peut plus clair : récupérer le talent universitaire à coup de dollars (50 000 dollars de salaire minimum et un an de « community college » offert). Les joueurs seraient payés directement par la ligue et, en tant que professionnels, seraient autorisés à vendre leur image. La première cible de la Pacific Pro n’est autre que Trevor Lawrence, le quarterback des actuels champions universitaires Clemson Tigers, qui n’est éligible pour la Draft NFL qu’en 2021.

Comme son nom l’indique, la ligue opèrera sur la côte Pacifique, en Californie du Sud exactement. Les quatre équipes seront la propriété de la ligue et les 50 joueurs de chaque équipe seront affectés à l’équipe la plus proche de leur lycée.

A l’origine de ce projet, Don Yee, aussi connu pour être l’agent de Tom Brady. Le « Roger Goodell » de la Pacific Pro est Ed McCaffrey, ancien joueur des Giants, 49ers et Broncos et aussi papa du petit Christian (Panthers). Le comité consultatif de la ligue comprend entre autres Mike Pereira, ancien vice-président des arbitres de la NFL, et Mike Shanahan, ancien entraineur en chef des Raiders, Broncos et Redskins et détenteur de trois bagues de Super Bowl.

La ligue prévoit son lancement officiel à l’été 2020 avec une saison régulière de huit matchs et deux tours de play-offs joués en juillet-août.

Alliance of American Football
Alliance of American Football

La dernière arrivée dans la cour de récréation est également celle qui débute la première (le 9 février 2019) : l’Alliance of American Football. C’est Charlie Ebersol qui est à l’origine de cette ligue. Ce réalisateur de film d’Hollywood n’est pas dans le business du sport mais il a réalisé un documentaire pour ESPN sur les ratés de la XFL (« 30 for 30 : This was XFL ») qui lui a donné l’idée de lancer sa propre ligue en évitant, bien évidemment, les mêmes erreurs que feu l’ex-XFL.

Comme ses congénères, la ligue possède ses équipes (huit) et paie directement ses joueurs (52 par équipe). Les pros de l’AAF ont des contrats non-garantis de trois ans d’un montant de 250 000 dollars (plus assurance médicale) et une clause libératoire pour rejoindre la NFL. Contrairement à la XFL, qui n’interdit pas à ses joueurs de participer à d’autres ligues, l’AAF garde la main sur ses ouailles, à l’exception donc de ces départs autorisés en NFL. Les joueurs recevront également des bonus par match et prévoit d’offrir des bourses d’études et des compensations monétaires pour services rendus à la communauté.

Quelques noms connus ont rejoint les rangs de l’organisation comme les anciens Steelers Troy Polamalu (supervision) et Hines Ward (consultation). Bill Polian, ancien manageur général des Bills, Panthers et Colts, sera également l’un des superviseurs de la ligue et Mike Pereira (encore lui) l’un de ses consultants.

La ligue se déroulera de début février à fin avril avec quarante matchs sur dix journées de saison régulière avant deux tours de play-offs culminant par la finale à Las Vegas.

Tout comme la XFL, l’AAF a choisi de réduire la durée des matchs à 2h30 et modifié quelques règles : pas de temps mort pour publicité, conversion à deux points obligatoire après touchdown, pas plus de cinq défenseurs autorisés au-delà de la ligne de mêlée et interdiction de s’enfoncer de plus de deux yards dans le camp adverse hormis dans la boite, pas de kick-off, prolongation type lycée (comme en universitaire mais en partant de la ligne des 10 yards) ou encore un seul pied au sol nécessaire sur les réceptions (comme en universitaire).

Les huit équipes qui s’affronteront lors de cette saison inaugurale sont :

Atlanta Legends

Head Coach : Kevin Coyle

Principaux joueurs : Aaron Murray (QB), Matt Simms (QB), Denard Robinson (RB), Akrum Wadley (RB)

Birmingham Iron

Head Coach : Tim Lewis

Principaux joueurs : Blake Sims (QB), Trent Richardson (RB)

Memphis Express

Head Coach : Mike Singletary

Principaux joueurs : Christian Hackenberg (QB), Zach Mettenberger (QB), Zac Stacy (WR)

Orlando Apollos

Head Coach : Steve Spurrier

Principaux joueurs : Garrett Gilbert (QB), Austin Appleby (QB), Akeem Hunt (RB)

Arizona Hotshots

Head Coach : Rick Neuheisel

Principaux joueurs : Trevor Knight (QB), Josh Huff (WR)

Salt Lake Stallions

Head Coach : Dennis Erickson

Principaux joueurs : Austin Allen (QB), Matt Asiata (RB)

San Antonio Commanders

Head Coach : Mike Riley

Principaux joueurs : Logan Woodside (QB), Marquise Willians (QB), David Cobb (RB)

San Diego Fleet

Head Coach : Mike Martz

Principaux joueurs : Mike Bercovici (QB), Nelson Spruce (WR)

Les quatre premières équipes jouent dans la conférence Est, les quatre suivantes dans la conférence Ouest. Les deux premiers de chaque conférence joueront les play-offs.

 

 

 

 

... chargement de la zone de commentaire ...

 Hier, j'étais un quarterback noir qui se trouvait être un bon quaterback. Aujourd'hui, je suis un bon quarterback qui se trouve être noir.  – Doug Williams, QB des Redskins, le lendemain de sa victoire lors du Super Bowl XXII.

En VO :  Yesterday, I was a black quarterback who happens to be good. Today, I'm a good quarterback who happens to be black. 

Suggérer une citation réelle ou fictive pour 10 Bzh !