USFoot School #17 : les hash marks

le 12/02/2014 à 11:30 par Thomas Depaepe

La question nous ayant été posée sur la différence entre les hash marks en NFL et en NCAA, il me semblait intéressant de comprendre la raison et l’impact de cette différence et donc de relancer l’UsFoot School !

Aux origines du football, les hash marks n’existaient pas et l’on repartait toujours de là où le joueur était tombé : ce qui fait que des actions pouvaient commencer presque sur le bord de touche (les extra-points étaient tirés comme en rugby de là où le TD avait été marqué). Mais lors du premier match de playoffs NFL de l’histoire, le 18 décembre 1932, les hash marks ont fait leur apparition sur le terrain couvert du Chicago Stadium. A l’époque ils étaient comme en NCAA de 40 pieds d’éloignement.

En 1972, la NFL a décidé de rapprocher les lignes pour des raisons offensives et a donc baissé la distance de 40 à 18 pieds 6 pouces. Pourquoi 18 pieds 6 pouces ? Car c’est l’éloignement exact entre les deux poteaux de transformation. Mais en NCAA la distance est toujours restée identique et en High School les lignes délimitent le terrain en 3 tiers rigoureusement égaux.

Le découpage des différents terrains
Le découpage des différents terrains

Quel impact a eu cette règle et pourquoi avoir changé en 1972 ?

La NFL a voulu ainsi favoriser les attaques et ainsi donner un avantage au jeu aérien : en effet, avec les hash marks plus éloignés les défenses peuvent plus facilement sortir un coureur des limites du terrain s’il part petit côté, et le grand côté était souvent très prévisible pour la défense de passe. En centrant davantage le terrain, les attaques avaient plus de possibilité aérienne des deux côtés, et pouvaient davantage courir du côté le plus court sans se retrouver tout de suite en bord de touche. Cela devrait aussi favoriser les field goalsField Goal (FG)
coup de pied à 3 points effectué le plus souvent en 4ème tentative quand l'attaque a été bloquée. Il est joué depuis l'endroit où la dernière action c'est achevée. En cas de réussite c'est 3 points et engagement. En cas d'échec, la possession change de camp mais il y a deux possibilités : avant le snapSnap
signal de départ de l'action, quand le centre transmet la balle au QB.
, la balle était à l'intérieur des 20 yards, on replacera alors la balle sur la ligne des 20 yards ou elle était placée au-delà des 20 yards, on la replacera au même endroit.
et donc augmenter le score des matchs.

Le bilan fut positif sur le jeu offensif, mais il fut surtout spectaculaire pour le jeu au pied : en effet, les field goals de moins de 20 yards étaient les plus difficiles à mettre avec l’ancienne règle (les équipes faisaient souvent exprès de prendre une pénalité pour reculer de 5 yards) et ils sont devenus nettement plus facile à passer car l’angle était meilleur : en 1972, 817 field goals ont été tentés et 61,1% sont passés, alors que l’année précédente, les kickers avaient tentés 740 field goals et seulement 50,8% avaient franchi les poteaux. En 1973, les équipes ont encore plus plébiscité les field goals et 21% des points sont venus sur ces coups de pied ! Mais ensuite d’autres règles (sur les retours de coup de pied en particulier) ont favorisé encore un peu plus les attaques en termes de « field position », et le ratio de point sur coup de pied baissé car les field goals sont devenus moins « attirants ».

Pour ce qui touche au fait que la balle repart de manière plus centrée en NFL lorsque le joueur qui a le cuir est mis au sol hors des lignes ou qu’il sort en touche, il est plus difficile de déterminer statistiquement les différences liés à ces 14 pieds de moins entre NCAA et NFL ! Ce qui est certain est qu’en NCAA il y a davantage un « grand » et un « petit » côté offensif, alors qu’en NFL il y a un jeu d’abord basé sur un côté « fort » ou « faible » lié à la présence des joueurs. Dès lors cela est censé compliquer le jeu défensif en NFL car on ne peut délaisser le « petit » côté au niveau de la couverture aérienne par principe si on est caricatural.

Ce qui est couramment admis c’est que le jeu aérien dans la zone rouge est réputé plus « aisé » en NFL pour les attaques car le point de départ plus centré ouvre davantage les airs sur les deux côtés de l’en-but…mais difficile d’en faire une démonstration mathématique d’autant qu’avec l’évolution en terme d’athlétisme et de dynamisme des attaques en NCAA on est loin d’avoir une statistique qui donne 90% des points aériens marqués sur le « grand » côté.

Il est donc plus facile de kicker en NFL qu’en NCAA ?

On peut le penser et c’est ce que montrent les stats : en effet, si on prend les kickers actuellement en NFL et que l’on compare leurs stats lorsqu’ils étaient à la fac (footballdatabase est un site formidable pour cela) on voit que 28 kickers ont un ratio bien meilleur en NFL qu’en NCAA, et que seulement 7 sont en dessous en NFL (cela fait un peu plus de 32 botteurs mais il y a eu quelques joueurs qui n’ont fait qu’une partie de la saison). Statistiquement les kickers sont à 8,59% plus « fiables » en NFL par rapport à la NCAA… mais de là à dire à que tout s’explique par la seule distance entre les hash marks est un peu rapide. Il y a en effet d’autres paramètres qui entrent en compte comme le fait que les stades NCAA sont très majoritairement ouverts alors que la NFL dispose de nombreux dômes.

... chargement de la zone de commentaire ...

 Les équipes dont on se souvient jouent en décembre.  – 'Expression' dans le milieu du foot lycéen et universitaire

En VO :  Teams to remember plays in december. 

Citation réelle proposée par Trixi. Suggérer une citation réelle ou fictive pour 10 Bzh !