La FireZone des Steelers en quelques mots

shield NFL actuel
shield NFL actuel (NFL.com)
le 12/12/2008 à 15:31 par Thomas Depaepe
Mise à jour du 20/10/2010 à 21:03
En regardant le forum, j’ai vu que ca parlait pas mal des stratégies défensives NFL et en particulier de la FireZone des Steelers.

Une stratégie made in LeBeau
Avec le succés des Steelers cette année, leur coordinateur défensif Dick LeBeau est souvent mis en avant… a raison car il est celui qui a importé la FireZone si importante dans la stratégie de Pittsburgh.
LeBeau a conçu cette stratégie en discutant avec l’ancien coordinateur défensif des Dolphins Bill Arnsparger en partant d’un constant simple : l’innovation West Coast OffenseOffense
escouade spécialisée dans l'attaque.
(dans les années 80) en attaque rencontrait un énorme succès et beaucoup d’équipes étaient désemparés face à ce schéma. Il fallait donc inventer une nouvelle façon de défendre. LeBeau n’était pas le seul a faire ce constat : en Floride Monte Kiffin était, par exemple, en train d’inventer la Tampa2.

Arnsparger a expliqué à LeBeau que le soucis de défendre contre une West Coast Offense (qui est basé sur des passes courtes et rapides) se situe dans la possibilité de trouver un moyen de presser le quarterbackQuarterback
c'est le stratège de l'équipe. Il décide des tactiques avec ses coachs. Il est chargé de transmettre la balle à ses coureurs et de distiller les passes à ses receveurs.
adverse sans dégarnir sa défense à moyenne et longue distance. Face à ce constat d’échec, LeBeau s’est mis devant le tableau noir et à inventé la FireZone.

L’effet de surprise
La FireZone repose sur l’idée de faire partir les blitzBlitz
tactique défensive où les défenseurs sont chargés d'aller sacker le QB ou de plaquer le running backRunning Back (RB)
Terme générique qui englobe les HB et les FBFullback (FB)
coureur puissant et polyvalent. Il joue le rôle de bloqueur, de receveur et de bulldozer balle en main. Constitue avec les halfbacks (HB), les running backs (RB).
.
le plus tôt possible afin d'infliger une perte de terrain à l'attaque. Mais il y a un risque : la défense doit être rapide car sinon elle s'expose à une passe longue.
d’angles et de joueurs impossibles a identifier au départ de l’action.
En clair, le quarterback adverse doit croire en regardant l’alignement adverse qu’il est possible de jouer de manière sure dans un endroit, mais a peine ses 3-5 pas arrières réalisés il doit se retrouver face à une masse de joueurs adverse qui cherchent à le sacker ou a dévier sa passe. La finalité n’est pas comme dans la Tampa2 d’obliger le quarterback a lancer sur les cornerbacks, mais d’empêcher le jeu de partir : le quarterback face à la pression va refuser de lancer et concéder le sackSack
plaquage du QB dernière la ligne de scrimmage (perte de terrain).
. « J’ai toujours misé sur la pression (…) Je voulais augmenter le pourcentage de blitz surprises et empêcher la lecture des jeux en inversant les rôles de certains défenses. Je savais que l’objectif était d’empêcher le quarterback de lancer plutôt que de couvrir les arrières. »

La défense FireZone se joue traditionnellement en 3-43-4
formation défensive avec 3 linemenLinemen
littéralement, les hommes de la ligne (de scrimmage). Il y a les linemen offensifs et les défensifs. Ils s'opposent dès le snapSnap
signal de départ de l'action, quand le centre transmet la balle au QB.
donné.
et 4 linebackers.
(2 DE+1DT, 4LB) mais la version 4-34-3
formation défensive avec 4 linemen et 3 linebackers.
est aussi possible. Lorsque la FireZone est lancée, les hommes de lignes ont pour certains un rôle de couverture (un DT va par exemple se reculer pour couvrir la zone axiale entre 3 et 10 yards), alors qu’un safetySafety
Signifie deux choses différentes : 1) c'est le plaquage du porteur du ballon dans sa propre zone d'en-but. Cela rapporte 2 points à l'équipe qui l'effectue et elle récupère la possession du ballon. L'équipe victime du safety va alors dégager depuis ses 20 yards au moyen d'un botté façon "punt". 2) c'est un poste en défense. Le safety est en quelque sorte le dernier rempart. Par analogie avec le football "européen", on le qualifie de "libéro".
(voir un cornerback) va venir blitzer.
L’effet de surprise compense le fait que le blitz n’est pas massif (il n’y a pas 4 joueurs en blitz comme dans les autres tactiques de blitz), et le quarterback adverse se retrouve déstabilisé dans le développement de la tactiques annoncée.

Pour mieux comprendre, le dessin ci-contre illustre un ZoneBlitz coté fullback en 4-3.
On voit que sur les 4 hommes de ligne, 3 sont au pressing et un End sort pour couvrir la zone mi-distance de droite. Le Will Linebacker se charge lui du centre, pendant que le Mike et le Sam appuyés par le Strong Safety lancent un blitz a trois sur le coté droit du quarterback.Sur le dessin en tête d'article, on voit un blitz sur exactement le même coté avec 4 LBLinebacker (LB)
joueur de la défense polyvalent qui constitue le 2ème rideau défensive.
dont 2 blitzent aux cotés du cornerback. Le cornerback devient l’élément de surprise et le Mike linebacker coté faible peut bloquer le dévellopement du jeu coté faible.

Dans les deux schémas présentés, le Fullback et le Tightend sont submergés et le coté fort de l’attaque devient poreux.

Avantage du ZoneBlitz
Le premier c'est que la défense longue n'est pas coupé du reste de l'équipe. Entre la défense longue et le bitz il y a en effet 2 joueurs intercalés qui prennent la zone intermédiaires et empéchent les passes rapides et les improvisations dans le trafic.

Deuxiémement, cela permet d'éviter que la slant décidée à la derniére seconde par le quarterback adverse qui a lu un blitz de linebacker réussisse. En effet, le trajet court en diagonale vers l'axe se retrouve couvert par un linebaker sur les 5-10 yards et par le Défensive Tackle sur les 1-5 yards aprés a peine une ou deux secondes.

Enfin, les Screens-passes n'ont plus d'éfficacité (la screen passe est une passe sur un receveur de coté qui ne s'élance pas et se fait proteger par un joueur, par exemple le tightend qui croise sa course). En cas de screen passe, le risque d'interception par les linebackes qui sont passés derriére la ligne d'avantage est fort et de toute maniére celui qui reçoit le ballon a un joueur sur lui pour un impact immédiat.
... chargement de la zone de commentaire ...

 Personne dans le football ne devrait être appelé un génie. Un génie est un type comme Norman Einstein.  – Joe Theisman, ancien QB des Washington Redskins

En VO :  Nobody in football should be called a genius. A genius is a guy like Norman Einstein. 

Suggérer une citation réelle ou fictive pour 10 Bzh !