New England invincible à Foxboro

shield NFL actuel
shield NFL actuel (NFL.com)
le 08/01/2007 à 00:00 par Roberto Cabella
Mise à jour du 20/10/2010 à 21:03
Avant de concocter un plan diabolique pour stopper le MVP de la saison régulière, LaDainian Tomlinson des Chargers de San Diego, Bill Belichick, le coach des New England Patriots, devait déjà trouver un plan pour battre les Jets ce dimanche. Car, il devait avoir en mémoire le scénario de leur dernière confrontation en novembre dernier. Ce jour-là, Les Jets de New York étaient venus l'emporter au Gillette Stadium sur le score de 17 à 14. Sa ligne offensive avait été littéralement étouffée par la défense new yorkaise durant toute la partie. Le pauvre Brady avait passé une bien sale journée, les Jets utilisant blitzBlitz
tactique défensive où les défenseurs sont chargés d'aller sacker le QBQuarterback
c'est le stratège de l'équipe. Il décide des tactiques avec ses coachs. Il est chargé de transmettre la balle à ses coureurs et de distiller les passes à ses receveurs.
ou de plaquer le running backRunning Back (RB)
Terme générique qui englobe les HB et les FBFullback (FB)
coureur puissant et polyvalent. Il joue le rôle de bloqueur, de receveur et de bulldozer balle en main. Constitue avec les halfbacks (HB), les running backs (RB).
.
le plus tôt possible afin d'infliger une perte de terrain à l'attaque. Mais il y a un risque : la défense doit être rapide car sinon elle s'expose à une passe longue.
sur blitz. Mais, dimanche après-midi sous un beau soleil hivernal, Tom trouve sa revanche, se montrant présent dès l'entame du match.

Il faut attendre le dernier quart-temps pour voir Boston se mettre définitivement à l'abri, car jusque-là, les deux équipes se tiennent au coude à coude, New York n'est mené que 23 à 16 à douze minutes de la fin, un seul touchdownTouchdown (TD)
c'est l'essai qui vaut 6 points et qui peut être transformé au choix à 1 ou 2 points. Il suffit que le ballon pénètre dans la endzone. (pas besoin d'aplatir)
sépare les deux franchises. C'est à ce moment que Tom Brady (22/34, 212 yards et 2 TDs) fait la différence. Il sort de sa poche un long drive, conclu de main de maître par Kevin Faulk. Ce dernier réceptionne une passe de 7 yards brisant les espoirs de qualification pour New York. Surtout que tout de suite après, Chad Pennington (23/40, 300 yards, 1 TD mais 1 Int) commet une interceptionInterception
passe du QB rattrapée par un défenseur (un adversaire).
lourde de conséquences. Asante Samuel lui rend la politesse à sa manière en la retournant pour un ultime essai de 36 yards. La messe est dite, New York peut rentrer à la maison et New England peut se projeter au dimanche suivant.

Corey Dillon ouvre les hostilités avec un touché de 11 yards à la course après trois minutes de jeu. New York passe devant, momentanément, au début de la seconde période grâce à un Field GoalField Goal (FG)
coup de pied à 3 points effectué le plus souvent en 4ème tentative quand l'attaque a été bloquée. Il est joué depuis l'endroit où la dernière action c'est achevée. En cas de réussite c'est 3 points et engagement. En cas d'échec, la possession change de camp mais il y a deux possibilités : avant le snapSnap
signal de départ de l'action, quand le centre transmet la balle au QB.
, la balle était à l'intérieur des 20 yards, on replacera alors la balle sur la ligne des 20 yards ou elle était placée au-delà des 20 yards, on la replacera au même endroit.
de Mike Nugent (28 yards) et un TD de 77 yards de Jerricho Cotchery.
Mais New England a le dernier mot lors de cette première mi-temps et passe en tête, définitivement, par l'intermédiaire de son botteur Stephen Gostkowski (20 yards) et de Daniel Graham (réception de 1 yard dans la zone d'en-but). Cette essai conclut un drive monstrueux de l'escouade offensive bostonienne (15 jeux pour 80 yards en 7 minutes). La défense de New England, dirigée par un Ted Bruschi flamboyant, fait ensuite la différence.
New York, comme en 1985, s'incline en playoffs face aux Pats, pour leurs deux seules confrontations en playoffs.

Côté statistiques, New England reste impressionnante. La dernière fois qu'elle a perdu un match à domicile en playoffs c'était en 1978 face aux Oilers de Houston (31-14). Les neuf autres fois, elle a gagné.
Tom Brady porte son bilan à 11 victoires en 12 matchs de phase finale. Sa sérénité et sa capacité à mener des longs drives sont hallucinantes.

Maintenant, le plus dur reste à venir pour coach Bill. Jouer San Diego, la meilleure équipe de la ligue et de plus, chez elle. Par ailleurs, le MVP de la saison, Tomlinson, en a fait voir de toutes les couleurs à la défense au sol bostonienne lors de leurs deux dernières confrontations. Il a couru pour 217 et 134 yards, scorant à chaque fois à deux reprises. L'année dernière San Diego, était venu l'emporter à Boston 41 à 17. Le ton est donné, San Diego étant quand même largement favori.
... chargement de la zone de commentaire ...

 Je vous l'échange contre un pack de bière et elles n'ont même pas à être fraiche.  – Le coach des Eagles Buddy Ryan à propos de son coureur Earnest Jackson.

En VO :  Trade him for a six pack ; it doesn't even have to be cold. 

Suggérer une citation réelle ou fictive pour 10 Bzh !