Ravens : anatomie d'un gros jeu concédé

shield NFL actuel
shield NFL actuel (NFL.com)
le 27/10/2009 à 00:00 par Thomas Depaepe
Mise à jour du 12/10/2010 à 10:56

J’aurais pu décortiquer l’apathie de la défense longue des Titans contre les Patriots, mais j’ai préféré voir du côté de la défense longue des Ravens qui n’est que l’ombre d’elle même depuis le début de la saison. Domonique Foxworth (en provenance de Denver) est inexistant en premier cornerback, Fabian Washington et Frank Walter sont littéralement à la rue. Quand à Dawan Landry il ne peut faire oublier le départ de Jim Leonhard chez les Jets. Même si à mon avis, les Ravens auraient mérité la victoire contre les Vikings, il n’en demeure pas moins que leur défense n’est plus qu’une pale version des années précédentes et que si elle reste performante contre la course, elle joue trop souvent avec le feu en faisant des couvertures « man-to-man » alors que ses cornerbacks sont inexpérimentés et incapable de mettre sous cloche leur adversaire. La conséquence, c’est que leurs adversaires trouvent souvent des gros jeux à la passe ce dont ne s’est pas passé Brett Favre. John Harbaugh l’a d’ailleurs reconnu après le match : ”Nous devons arrêter de laisser passer des gros jeux. C’est notre principal problème.”. Dans l’exemple que j’ai choisi, comme dans bien des cas c’est la menace d’Adrian Peterson qui a poussé la défense des Ravens à la faute : le TD de David Berrian en première période est aussi la conséquence d’une défense qui se focalise sur Adrian Peterson et qui n’arrive pas à se repositionner après avoir compris la feinte (comme dans l’exemple, la conséquence est un télescopage de joueur qui libère le receveur). De l’erreur de lecture à l’erreur de placementL’action commence sur une première et dix yards dans les 30 yards de Minnesota.La tactique adoptée par les Vikings laisse penser à une course : Adrian Peterson est décroché derrière sa ligne et le renfort d’un tightend sur le côté droit est typique de la formation de course des Vikings. Le fait d’avoir décroché 3 receveurs peut tout de même faire penser à une passe, mais les Ravens prévoient plutôt que ces derniers vont bloquer ; en conséquence le coordinateur défensif a demandé à ses cornerback de se tenir proche des receveurs (pour les bumper et garder un oeil sur Peterson) et le safetySafety
Signifie deux choses différentes : 1) c'est le plaquage du porteur du ballon dans sa propre zone d'en-but. Cela rapporte 2 points à l'équipe qui l'effectue et elle récupère la possession du ballon. L'équipe victime du safety va alors dégager depuis ses 20 yards au moyen d'un botté façon "punt". 2) c'est un poste en défense. Le safety est en quelque sorte le dernier rempart. Par analogie avec le football "européen", on le qualifie de "libéro".
Ed Reed (carré Bleu) est clairement en position pour blitzer Adrian Peterson.Sidney Rice (carré rouge) qui est positionné en haut du terrain n’est donc qu’en un contre un avec seulement Fabian Washington contre lui puisque le safety est focalisé sur un autre joueur. Sur le côté gauche, les deux receveurs sont couvert à la fois par leur cornerback et par le safety qui est en défense longue (hors champs sur l’image). L’erreur initiale d’interprétation de la part de la défense des Ravens va vite s’avérer lourde de conséquence puisque dès que l’action commence, Reed part sur Adrian Peterson comme on le voit sur l’image du déclenchement de l’action. Peterson part lui sur le côté droit et Favre se retourne aussi sur sa droite ; le tightend Shincoae fait lui mine de reculer : tout cela concours à donner l’idée d’une course (et ce même si les receveurs se projettent en avant). Mais immédiatement après, le tightend (T sur l’image) lâche son bloc et part sur la droite, Peterson (AP sur l’image) lui passe devant Favre mais ne prend pas le cuir, le 3ème receveur écarte le jeu vers la ligne pour emmener son cornerback…le piège des Vikings est alors en place. En réaction Ed Reed (carré bleu) réalise alors la feinte et décide de couvrir le côté droit pour contrôler la sortie du tightend, Peterson étant lui a présent couvert par l’un des deux linebackerLinebacker (LB)
joueur de la défense polyvalent qui constitue le 2ème rideau défensive.
tandis que l’autre part en reculant pour couvrir la zone des 5-10 yards. La défense des Ravens semble avoir réagi a temps pour limiter les dégats, mais il est en fait déjà trop tard : la feinte initiale a induit un déplacement des joueurs qui va s’avérer catastrophique comme on va le voir. En effet, sans s’en rendre compte Ed Reed s’est mis sur la trajectoire du cornerback en couverture de Sidney Rice. Et tout cela parce que Reed doit couvrir le tightend qui est une cible à la fois facile pour Favre (on voit qu’il est complètement seul) et dévastateur puisqu’il n’est couvert par personne : Ed Reed étant chargé du côté gauche de la défense s’il n’y va pas il y a quasiment touchdownTouchdown (TD)
c'est l'essai qui vaut 6 points et qui peut être transformé au choix à 1 ou 2 points. Il suffit que le ballon pénètre dans la endzone. (pas besoin d'aplatir)
. Hors champs l’autre Safety à la même idée et part aussi défendre à gauche. Favre n’a alors plus qu’à ajuster le carré rouge ou les deux Ravens se télescopent derrière Rice qui a lui le terrain ouvert comme on le voit sous cet autre angle : Il s’en suit une course poursuite de 63 yards qui sera stoppée par les Ravens avant leur en-but mais le mal est fait : une feinte a déstabilisée leur défense qui a trop vouloir contrôler Adrian Peterson aura au final ouvert son backfield à plusieurs reprises. Fabian Washington a payé ce jeu de sa place puisqu’il est sur le banc ”pour une durée indéterminée, mais ce n’est pas permanent” dixit Harbaugh… mais la question est plutôt quand est-ce qu’Ed Reed va enfin jouer à son niveau ?Pour ceux qui veulent la vidéo en entier : Vidéo NFL.com : Sidney Rice, 63 yards

... chargement de la zone de commentaire ...

 Quand tu gagnes, ne dis rien. Quand tu perds, dis-en encore moins.  – Paul Brown

En VO :  When you win, say nothing. When you lose, say less. 

Citation réelle proposée par Trixi. Suggérer une citation réelle ou fictive pour 10 Bzh !