NFL 2021 - PlayoffsWild Card

(Getty Images)
le 19/01/2022 à 03:28 par Blaise Collin

Résumé des matchs du premier tour des playoffs de la saison NFL 2021.

Les bilans entre parenthèses reflètent le nombre de victoires, défaites et matchs nuls en saison régulière.

Conférence AFC

#1 Tennessee Titans (12-5)

Premiers de la conférence AFC en saison régulière, les Titans bénéficiaient d'un week-end de repos et d'une qualification automatique au deuxième tour des playoffs. 

#7 Pittsburgh Steelers (9-7-1) – #2 Kansas City Chiefs (12-5) : 21 - 42

Pendant plus de vingt minutes, l'attaque de Kansas City a calé contre la défense de Pittsburgh. Pire, après deux premiers puntsPunt
action utilisée en 4ème tentative et x yards à parcourir. Plutôt que de tenter les x yards, l'attaque choisit de botter le plus loin possible pour faire reculer son adversaire.
, QB Patrick Mahomes II (30/39, 404 yards, 5 TD, 1 INT / 3 courses, 29 yards) s'est fait intercepter sur sa première passe du troisième drive. L'erreur n'a pas porté à conséquence mais, après un nouveau punt, un hand-off mal négocié entre WR Mecole Hardman (4 réceptions, 43 yards) et RBRunning Back (RB)
Terme générique qui englobe les HB et les FBFullback (FB)
coureur puissant et polyvalent. Il joue le rôle de bloqueur, de receveur et de bulldozer balle en main. Constitue avec les halfbacks (HB), les running backs (RB).
.
Darrel Williams a fini en fumbleFumble
quand le porteur du ballon laisse échapper celui-ci par maladresse ou suite à un choc. Le ballon est alors à terre mais vivant et c'est la 1ère équipe qui le ramasse qui en prend la possession. Avec les interceptions, le fumble est la seconde façon de rendre le ballon à l'adversaire. Ensemble, ils constituent des Turnovers (pertes de balle). C'est souvent cette stat. qui décide de l'issue de la rencontre.
récupéré par LB T.J. Watt (3 placages, 1 sackSack
plaquage du QB dernière la ligne de scrimmage (perte de terrain).
, 1 TD) et retourné jusqu'à l'en-but des Chiefs pour donner un avantage surprise aux Steelers (7-0).

Piqué à vif, KC a immédiatement réagi et enchaîné six touchdownsTouchdown (TD)
c'est l'essai qui vaut 6 points et qui peut être transformé au choix à 1 ou 2 points. Il suffit que le ballon pénètre dans la endzone. (pas besoin d'aplatir)
en autant de drives. Le MVP 2018 a été à l'origine de cinq d'entre eux, le dernier étant une connexion entre TE Travis Kelce (1/1, 2 yards, 1 TD / 5 réceptions, 108 yards, 1 TD) et WR Byron Pringle (5 réceptions, 37 yards, 2 TD). 

Dans le même temps, l'attaque de Pittsburgh n'a pas tenu le rythme. QBQuarterback
c'est le stratège de l'équipe. Il décide des tactiques avec ses coachs. Il est chargé de transmettre la balle à ses coureurs et de distiller les passes à ses receveurs.
Ben Roethlisberger (29/44, 215 yards, 2 TD) a bien lancé deux passes de touchdowns mais le match était alors déjà hors de portée (14-35 puis 21-42). Le jeu au sol des Steelers n'a produit que 56 yards en 20 courses et RB Najee Harris (12 courses, 29 yards) a perdu un fumble à moins de 30 yards de son en-but qui a été sanctionné, deux jeux plus tard, par un touchdown de WR Tyreek Hill (5 réceptions, 57 yards, 1 TD), le cinquième de la série de six (35-7).

La rencontre a probablement mis fin à la carrière de Big Ben (2 bagues de Super Bowl, XL et XLIII, et 6 invitations au Pro Bowl) après 18 années passées dans l'ouest de la Pennsylvanie. 

Pour Kansas City, c'est la première des trois marches à franchir pour retourner à un troisième Super Bowl en trois ans.

#6 New England Patriots (10-7) – #3 Buffalo Bills (11-6) : 17 - 47

Dans un froid polaire (-15°C), la meilleure défense de la NFL en 2021 (273 yards et 17 points par match) a tenu son rang contre l'ennemi juré de New England en harassant QB Mac Jones (24/38, 232 yards, 2 TD, 2 INT / 2 courses, 18 yards) avec trois sacks et deux interceptionsInterception
passe du QB rattrapée par un défenseur (un adversaire).
lors du premier drive de chaque mi-temps.  

Mais c'est surtout l'attaque qui a impressionné en marquant un touchdown sur chacun de ses sept premiers drives jusqu'à ce que QB Mitchell Trubisky remplace QB Josh Allen (21/25, 308 yards, 5 TD / 6 courses, 66 yards), étincelant dans la rencontre, pour épuiser l'horloge en fin de match en posant le genou à terre à trois reprises. Jamais une équipe de NFL n'avait fait un tel carton plein depuis la création du Super Bowl en 1967.

Le quarterback titulaire de Buffalo a lancé plus de passes de touchdown (5) qu'il n'a manqué de passes (4) au cours de la rencontre et il a terminé celle-ci avec 12.3 yards par passes tentées, soit quasiment 40% de plus que le leader de la saison régulière (QB Joe Burrow, 8.9 yards par tentative). Ses cinq touchdowns établissent un record en playoffs pour la franchise du nord de l'état de New York.

Le jeu au sol n'a pas été en reste avec 6.0 yards par course et la moitié de sa production par RB Devin Singletary (16 courses, 81 yards, 2 TD). Après une double connexion entre Josh Allen et TE Dawson Knox (5 réceptions, 89 yards, 2 TD) au premier quart temps (14-0), le coureur nº1 des Bills y est également allé de son doublé au deuxième quart temps (27-0) pour essentiellement plier le match. Les Patriots ont évité de rentrer bredouilles à la pause grâce à un field goalField Goal (FG)
coup de pied à 3 points effectué le plus souvent en 4ème tentative quand l'attaque a été bloquée. Il est joué depuis l'endroit où la dernière action c'est achevée. En cas de réussite c'est 3 points et engagement. En cas d'échec, la possession change de camp mais il y a deux possibilités : avant le snapSnap
signal de départ de l'action, quand le centre transmet la balle au QB.
, la balle était à l'intérieur des 20 yards, on replacera alors la balle sur la ligne des 20 yards ou elle était placée au-delà des 20 yards, on la replacera au même endroit.
de PK Nick Folk (1/1 FG / 2/2 PATExtra Point
(PAT=Point After Touchdown) c'est la transformation du touchdown. Coup de pied à 1 point effectué face aux poteaux depuis les 2 yards (12 yards des poteaux).
) avec une seconde à jouer en première mi-temps (27-3).

En seconde mi-temps, les vainqueurs de l'AFC East ont continué à enfiler les touchdowns comme des perles et rendu les deux touchdowns de WR Kendrick Bourne (7 réceptions, 77 yards, 2 TD) plus qu'anecdotiques. Tout au plus, les Pats ont évité, grâce à ces deux réalisations, une fessée bien plus lourde mais la défaite de 30 points est la plus cinglante encaissée par Bill Belichick depuis sa prise de fonction à NE en 2000. Pour les Bills, ce quatrième succès en cinq matchs contre les Patriots continue une nouvelle tendance après 35 défaites en 40 rencontres lorsque QB Tom Brady terrorisait l'AFC East.

#5 Las Vegas Raiders (10-7) – #4 Cincinnati Bengals (10-7) : 19 - 26

La dernière victoire des Bengals en playoffs remontait à début 1991 (41-14 contre les Houston Oilers). Une semaine plus tard, Cincinnati s'était incliné chez les... Los Angeles Raiders (10-20). Depuis, Cincy avait atteint les playoffs à sept reprises mais toujours perdu le premier match. Ce n'est donc pas une mince affaire pour les habitants de l'Ohio (sauf ceux de Cleveland, bien sûr) que l'enfant du pays (né dans l'Iowa mais qui est allé au lycée à 200 km de Cincinnati), QB Joe Burrow (24/34, 244 yards, 2 TD), ait qualifié les Bengals pour le deuxième tour des playoffs.

Pour les Raiders, en revanche, il faudra attendre encore au moins une année avant de goûter à nouveau à une victoire en post-saison. La dernière remonte à 2003 (41-14 contre les Tennessee Titans), année où ils s'étaient inclinés au Super Bowl (21-48) contre une équipe de Tampa Bay alors entrainée par... Jon Gruden.

Si les Raiders ont ouvert le score (3-0) sur leur premier drive et un field goal de PK Daniel Carlson (4/4 FG / 1/1 PAT), les Bengals ont réagi en marquant sur leurs cinq premiers drives (2 TD et 3 FG) à cheval sur les deux mi-temps. Le premier de ces field goals est quasiment un cadeau de QB Derek Carr (29/54, 310 yards, 1 TD, 1 INT / 1 course, 20 yards) qui a perdu le ballon sur sa ligne des 15 yards consécutivement à un sack. Le quarterback des visiteurs s'est fait partiellement pardonner en menant un drive des 80 yards en moins de 100 secondes pour ramener son équipe à distance juste avant la pause (13-20).

La seconde mi-temps a vu les deux équipes échanger punts et field goals (deux chacune) jusqu'à la coûteuse interception concédée par Derek Carr sur une quatrième tentative à 9 yards de l'en-but de Cincinnati avec 17 secondes à jouer. LBLinebacker (LB)
joueur de la défense polyvalent qui constitue le 2ème rideau défensive.
Germaine Pratt (9 placages, 1 INT) a ainsi évité une possible égalisation, rendu le ballon à son quarterback et, de facto, envoyé son équipe au tour suivant des playoffs. 

Conférence NFC

#1 Green Bay Packers (13-4)

Premiers de la conférence NFC en saison régulière, les Packers bénéficiaient d'un week-end de repos et d'une qualification automatique au deuxième tour des playoffs. 

#7 Philadelphia Eagles (9-8) – #2 Tampa Bay Buccaneers (13-4) : 15 - 31

Il n'y a pas vraiment eu de match entre Tampa Bay et Philadelphia malgré le score final, trompeur. 

Privés de RB Leonard Fournette et RB Ronald Jones, tous deux encore blessés, le jeu au sol des Buccaneers a pu s'appuyer sur RB Ke'Shawn Vaughn (17 courses, 53 yards, 1 TD) et RB Giovani Bernard (13 courses, 44 yards, 1 TD / 5 réceptions, 39 yards), chacun auteur d'un touchdown lors du premier quart temps (14-0).

QB Tom Brady (29/37, 271 yards, 2 TD) a pris la relève au troisième quart temps, trouvant TE Rob Gronkowski (5 réceptions, 31 yards, 1 TD) et WR Mike Evans (9 réceptions, 117 yards, 1 TD) pour donner une large avance à TB (31-0).

Pendant ce temps, la défense des champions en titre a limité la casse (95 yards en 17 courses) contre la meilleure attaque au sol de la ligue (160 yards par match), grâce notamment au retour de LB Lavonte David (2 placages) et LB Shaquil Barrett (1 INT), deux des trois meilleurs plaqueurs du corps des linebackers de l'équipe. QB Jalen Hurts (23/43, 258 yards, 1 TD, 2 INT / 8 courses, 39 yards) et RB Boston Scott  (1 course, 34 yards, 1 TD) ont chacun été limité à moins de 40 yards ¡a la course et RB Miles Sanders (7 courses, 16 yards) n'a même pas franchi la barre des 20 yards. L'escouade défensive de Tampa Bay a également forcé trois pertes de balles des Eagles : deux interceptions sur Jalen Hurts et un fumble sur WR Jalen Reagor.

Avec cette victoire, les Bucs continuent leur quête de doublé pour imiter les New England Patriots, dernière équipe à avoir défendu son titre avec succès avec ses victoires au Super Bowl lors des saisons 2003 et 2004.

#6 San Francisco 49ers (10-7) – #3 Dallas Cowboys (12-5) : 23 - 17

Après une excellente saison régulière et un titre de (il est vrai, relativement faible) division NFC East, Dallas s'est tiré une balle dans le pied contre San Francisco avec 14 pénalités et un dernier jeu quelque peu surprenant.

Les 49ers sont partis le pied à l'étrier, marquant sur leurs quatre premiers drives, même si les trois quarts ont terminés par des field goals. Dans le même temps, les Cowboys n'ont répliqué que par WR Amari Cooper (6 réceptions, 64 yards, 1 TD) et ont rejoint les vestiaires avec un déficit de 9 points (7-16).

Au retour des vestiaires, une interception de CB K'Waun Williams (2 placages, 1 INT) sur QB Dak Prescott (23/43, 254 yards, 1 TD, 1 INT / 4 courses, 27 yards, 1 TD) a rendu la balle a SF dans la zone rouge de Dallas. WR Deebo Samuel (10 courses, 72 yards, 1 TD / 3 réceptions, 38 yards) a profité de l'aubaine pour marquer au sol (23-7). Malgré une position officielle de receveur, l'ancienne star de South Carolina est le deuxième meilleur coureur de son équipe derrière RB Elijah Mitchell (27 courses, 96 yards, 1 TD), le rookie de Louisiana, et le premier marqueur au sol (8 TD). Ses 72 yards à la course dans le match sont le plus haut total par un receveur en playoffs depuis 1966.

Tout roulait bien pour les Niners pendant les trois quarts du match d'autant que sa défense, même privée de DE Nick Bosa (3 placages) sorti sur commotion cérébrale juste avant la mi-temps, a produit cinq sacks sur QB Dak Prescott (23/43, 254 yards, 1 TD, 1 INT / 4 courses, 27 yards, 1 TD) et limité RB Ezekiel Elliott (12 courses, 31 yards) à des miettes à la course.

San Francisco semblait donc s'acheminer vers une victoire bien maîtrisée, avec 13 points d'avance à l'entame du dernier quart temps (23-10), lorsque QB Jimmy Garoppolo (16/25, 172 yards, 1 INT) s'est fait intercepter au milieu du terrain. Dak Prescott a marqué au sol cinq jeux plus tard (17-23). Avec moins de deux minutes à jouer, les Cowboys ont alors forcé un dégagement au pied et récupéré le ballon avec 39 secondes à l'horloge. Dallas est parvenu à remonter 56 yards mais, à l'issue du dernier jeu, Dak Prescott n'a pas eu le temps de snaper le ballon alors que l'arbitre venait de le repositionner sur la ligne des 24 yards et que l'horloge égrenait sa dernière seconde. 

#5 Arizona Cardinals (11-6) – #4 Los Angeles Rams (12-5) : 11 - 34

Qu'est-il arrivé aux Arizona Cardinals qui ont commencé la saison par sept victoires de rang en s'imposant notamment contre quatre des huit dernières équipes encore en course pour le Super Bowl ? Contre les 49ers (17-10) ou chez les Titans (38-13), Bengals (37-14) et Rams (37-20), les Cardinals semblaient avoir décollé pour la lune. Malgré un retour brutal sur terre qui a les ont vu terminer avec six défaites en dix matchs, deux de leurs quatre victoires finales sont à San Francisco (31-17) et à Dallas (25-22). Cela donne à Arizona un bilan en saison régulière de 6-2 contre les équipes qualifiées en playoffs.

Mais, après avoir partagé les points avec les Los Angeles Rams (victoire à l'extérieur 37-20 et défaite à domicile 23-30), la belle n'a souffert d'aucun suspense. La défense de LAR a totalement étouffé son adversaire en première mi-temps et il n'y a qu'à regarder le déroulement des drives offensifs des Cardinals pour s'en convaincre : 3&out, 3&out, 3&out, 3&out, INT+TD, INT, 3&out, mi-temps.

C'est en essayant d'éviter un sack dans son propre en-but que QB Kyler Murray (19/34, 137 yards, 2 INT) s'est débarrassé du ballon qui a été intercepté par CB David Long (1 placage, 1 INT, 1 TD) pour un touchdown facile (21-0). Auparavant, QB Matthew Stafford (13/17, 202 yards, 2 TD / 6 courses, 22 yards, 1 TD) avait envoyé WR Odell Beckham Jr. (1/1, 40 yards / 4 réceptions, 54 yards, 1 TD) au touchdown (7-0) avant de doubler la mise à la course sur le drive suivant (14-0).

Le match était déjà plié à la pause (21-0) mais les Rams ont à nouveau marqué sur leur premier drive de la seconde mi-temps, par WR Cooper Kupp (5 réceptions, 61 yards, 1 TD). Les Cards ont finalement atteint la moitié de terrain de LAR en milieu de troisième quart temps et conclu leur drive par un touchdown au sol de RB James Conner (4 courses, 19 yards, 1 TD). Avec 20 points de retard (8-28), Arizona n'a pu faire mieux qu'un field goal sur sa seconde incursion dans le camp adverse. Dans le même temps, LAR en a ajouté deux pour faire encore un peu gonfler le score final.

Le tableau des playoffs

AFC

#4 Bengals @ #1 Titans

#3 Bills @ #2 Chiefs

NFC

#6 49ers @ #1 Packers

#4 Rams @ #2 Buccaneers

... chargement de la zone de commentaire ...

 J'ai le sentiment d'être le meilleur, mais vous ne me prendrez pas à dire ça.  – Jerry Rice, légendaire WR des 49ers de San Francisco

En VO :  I feel like I'm the best, but you're not going to get me to say that. 

Suggérer une citation réelle ou fictive pour 10 Bzh !