Super Bowl LIVPrésentation

le 01/02/2020 à 19:43 par Blaise Collin

Miami, le 1er février 2020 – Le 54ème Super Bowl entre les San Francisco 49ers et les Kansas City Chiefs approche à grand pas et il est désormais temps de présenter la rencontre.

Pour Michael Robinson, ancien joueur des 49ers et champion NFL avec les Seattle Seahawks (Super Bowl XLVIII) qui apporte désormais son expertise à la chaîne NFL Network, le match peut se résumer à une bataille classique mettant la vitesse, le schéma tactique, et les aspects moins physiques du football des Chiefs face au jeu au sol et la défense physique des Niners.

De son côté, Rob Gronkowski, désormais consultant sur Fox qui retransmet le match aux États-Unis, avoue "[ne pas savoir] qui va gagner le match, je ne crois pas qu'il y ait de favori". Mais il prédit que Kansas City devra marquer beaucoup de points, probablement sur chacun de ses drives offensifs, que ce soient des TD ou des FGField Goal (FG)
coup de pied à 3 points effectué le plus souvent en 4ème tentative quand l'attaque a été bloquée. Il est joué depuis l'endroit où la dernière action c'est achevée. En cas de réussite c'est 3 points et engagement. En cas d'échec, la possession change de camp mais il y a deux possibilités : avant le snapSnap
signal de départ de l'action, quand le centre transmet la balle au QB.
, la balle était à l'intérieur des 20 yards, on replacera alors la balle sur la ligne des 20 yards ou elle était placée au-delà des 20 yards, on la replacera au même endroit.
. Pour l'ancien TE star des New England Patriots, triple vainqueur du Super Bowl (XLIX, LI et LIII), si la défense des 49ers stoppe l'attaque des Chiefs deux ou trois fois consécutivement, le match pourrait devenir compliqué pour eux. "Si [les Chiefs] ne marquent pas beaucoup de points, San Francisco prendra le dessus, leur force collective est phénoménale et ils jouent très bien ensemble ; San Francisco gagnera si Kansas City ne marque pas autant qu'il le doit".

Pour beaucoup d’observateurs, le match pourrait se résumer à l’attaque explosive de KC contre la défense imperméable de SF. Mais la perception que les Chiefs ont une attaque inarrêtable et que les Niners ont une défense intraitable ne dépeint pas l’entière réalité. En effet, les deux équipes sont très proches statistiquement des deux côtés du ballon : en saison régulière, les 49ers ont marqué 29.9 points par match (2ème de NFL) en moyenne et encaissé 19.4 points par match (8ème) tandis que les Chiefs ont marqué 28.2 points par match (5ème) et encaissé 19.2 points par match (7ème). Si on voulait vraiment s’en tenir aux chiffres, San Francisco possède donc la meilleure attaque et Kansas City possède la meilleure défense. Et on pourrait même tenter de clore le débat en arguant que Jimmy Garoppolo (329/476, 3978 yards, 27 TD, 13 INT / 46 courses, 62 yards, 1 TD) a marqué plus de TD à la passe que Patrick Mahomes II (319/484, 4031 yards, 26 TD, 5 INT / 43 courses, 218 yards, 2 TD) en saison régulière. Mais il y a deux contre-arguments de poids à considérer : en premier lieu, Jimmy GGuard
homme de la ligne offensive placé à droite et à gauche du center. Il doit protéger le QB et creuser des brèches aux RB.
a aussi été plus imprudent avec ses treize interceptionsInterception
passe du QBQuarterback
c'est le stratège de l'équipe. Il décide des tactiques avec ses coachs. Il est chargé de transmettre la balle à ses coureurs et de distiller les passes à ses receveurs.
rattrapée par un défenseur (un adversaire).
et, en second lieu, Patrick Mahomes II a lancé huit TD en deux matchs de playoffs contre un seul au QB des 49ers ; pour ce second argument, il faut évidemment prendre en compter que SF n’a pas vraiment eu à utiliser son jeu aérien pour gagner ses matchs de playoffs.

Ce qu’il faut surtout voir, c’est que KC attaque principalement dans les airs (74%) alors que San Francisco est plus équilibré dans sa production offensive (62% passe et 38 % course). Le biais psychologique a sans doute à voir avec les 86 points que les Chiefs ont marqué en playoffs contre les Houston Texans (51-31) et les Tennessee Titans (35-24). Il ne faut pourtant pas se laisser bluffer par ces chiffres obtenus contre deux des pires défenses contre la passe en NFL, 29ème pour les Texans et 24ème pour les Titans. Cela ne sera pas la même partie de plaisir contre San Francisco qui possède la meilleure défense aérienne de la ligue (169.2 yards par match) et est cinquième au nombre de sacksSack
plaquage du QB dernière la ligne de scrimmage (perte de terrain).
(48).

La raison de ce succès pour SF, et l’une des clés de ce match, est la versatilité de sa ligne défensive qui peut créer les 1-contre-1 qui avantage la vitesse ou la puissance de ses joueurs et qui peut mettre de la pression sur le quarterback adverse sans avoir besoin de blitzer. Pour Michael Robinson, interrogé par FA sur le sujet, cette pression de la D-line permet aux 49ers de conserver sept joueurs en couverture. D’après l’analyste, San Francisco se donnera les meilleures chances de succès si les Niners sont capables de mettre Patrick Mahomes II  sous pression et de ne pas lui concéder de TD explosifs.

Évidemment, la meilleure façon d’empêcher le QB des Chiefs de fumer la défense des Niners avec des longues passes de TD est encore d’également contrôler la ligne de mêlée en attaque et d’imposer un jeu au sol qui grignotera l’horloge et clouera Patrick Mahomes II sur la touche. Et pour cela, on peut faire confiance à Kyle Shanahan dont l’attaque au sol est, toujours selon Michael Robinson, construite avec une mentalité "défensive" du côté offensif du ballon. Autrement dit, le Head Coach des Niners construit des jeux de courses en se mettant dans le cerveau et les crampons de la défense adverse. Il en résulte une flopée de "shifts" et de "motions" avant le snap qui déstabilise la défense et la laisse se demander comment le jeu va vraiment se dérouler, produisant une attaque au sol diablement efficace.

Cela pourrait d'autant plus jouer en la faveur de San Francisco que Kyle Shanahan a remporté cinq de ses six confrontations contre Steve Spagnuolo, le coordinateur défensif de Kansas City lors de la décennie passée. Lors de ces six face-à-face, ses équipes ont marqué 24 points par match et couru 4.3 yards par porté, en moyenne. En revanche, la semaine de repos supplémentaire, dont ont bénéficié les deux équipes pour préparer la rencontre, même si elle a été en partie consacrée à tous les entretiens avec les médias, avantage les Chiefs et Andy Reid : son bilan dans cette situation est de 23 victoires pour 5 défaites, playoffs inclus.

Au final, le match devrait être serré : aucune des deux équipes n’a perdu de plus de 7 points en saison régulière, et la moyenne des sept défaites combinées est seulement de 5.1 points.

A suivre : la bataille des tight-ends

Les deux adversaires du Super Bowl LIV possède en George Kittle (85 réceptions, 1053 yards, 5 TD) et Travis Kelce (97 réceptions, 1229 yards, 5 TD) les deux meilleurs TE de la ligue. Les deux joueurs sont également les meilleurs receveurs de leurs équipes respectives.

Le grand Tony Gonzalez, élu l'an dernier au Pro Football Hall of Fame, a partagé son sentiment sur le rôle actuel des TE en NFL avec FA : "C'est idiot de penser que l'on peut arriver là [au Super Bowl] aujourd'hui sans un bon tight-end. Il suffit de regarder les vainqueurs des deux derniers Super Bowl, Zach Ertz [vainqueur du Super Bowl LII avec les Philadelphia Eagles] et évidemment Gronk. Et cette année les deux meilleurs TE se rencontrent au Super Bowl. C'est comme ça que ça marche maintenant, il faut ce type de joueur qui crée un déséquilibre cauchemardesque [pour les défenses] et j'adore voire comment les coordinateurs les utilisent aujourd'hui plus que jamais. Ça avait débuté avec moi mais ce n'était pas pareil, aujourd'hui ils sont partout sur le terrain et tous les deux ou trois jeux, ou parfois même sur tous les jeux, ils sont l'option numéro une ou deux, ce qui devrait être exactement comme ça parce qu'ils sont rapides et physiques. Et ces deux-là [Kittle et Kelce] ont ajouté leur enthousiasme et l'énergie qu'ils apportent à leurs équipes est vraiment inspirante".

Sentiment partagé par Rob Gronkowski, son collègue à Fox Sports : "C'est incroyable de voir les projecteurs pointés sur Travis Kelce et George Kittle. Cela montre à quel point la position de TE est importante. Il y a quelques années, les gens pensaient que les TE ne pouvaient pas jouer et qu'ils étaient juste un autre joueur de ligne offensive mais aujourd'hui il faut un bon TE pour avoir une bonne attaque, un TE qui a de bonnes mains et qui est prêt à aller au combat dans les tranchées. Il n'y a pas besoin d'être un bloqueur exceptionnel pour avoir un impact sur le jeu de course, juste d'être disposé à aller bloquer et c'est ce qu'on voit avec Kelce et Kittle".

Évidemment, même écho lorsque FA interroge les intéressés : pour George Kittle "si tu veux avoir une bonne attaque, il te faut un bon TE" ; Travis Kelce détaille un peu plus ce sentiment  en notant que "c'est spécial d'avoir un gars qui peut courir avec les joueurs les plus rapides et bloquer les joueurs les plus massifs. Cela crée une opposition inégale pour la défense".

Sur le terrain, Travis Kelce est un gros "slot" receveur qui peut détruire la défense adverse au milieu du terrain. George Kittle, lui, est non seulement un receveur talentueux mais aussi un bloqueur dévastateur. Mais sa meilleure facette est sa capacité à engranger les yards après réception, 599 yards en saison régulière soit plus de la moitié de sa production offensive. Un avantage contre les Chiefs qui sont 28ème de NFL au nombre de yards accordés aux tight-ends et 29ème de la ligue au nombre de yards accordés après réception ?

Carré d'as : quatre clés pour gagner

 Les Kansas City Chiefs gagnent si...

1) Ils sont solides en protection de passe.

Nick Bosa, Dee FordArik Armstead et DeForest Buckner sont tous capables d'atteindre le QB adverse. Les Chiefs n’ont accordé que 25 sacks en saison régulière (3ème NFL) mais seulement 17 en 13 matches avec Patrick Mahomes II sur le terrain. Rendons à César ce qui lui appartient, le faible nombre de sacks concédés est aussi dû à l’excellente mobilité du QB de KC qui possède en outre une excellente aptitude à prolonger les jeux et trouver des solutions malgré la pression défensive. D'où l'intérêt de le garder un maximum sur ses jambes.

2) Ils ne se tirent pas une balle dans le pied.

Contre les Texans (51-31), KC a débuté de la pire des façons, tombant 24 points derrière leurs adversaires en un peu plus d'un quart temps. La faute à une multitude d'erreurs évitables. Les Chiefs ont successivement : 1) concédé une passe de TD de 54 yards sur une couverture ratée, 2) eu un puntPunt
action utilisée en 4ème tentative et x yards à parcourir. Plutôt que de tenter les x yards, l'attaque choisit de botter le plus loin possible pour faire reculer son adversaire.
bloqué et retourné pour TD et 3) perdu le ballon sur une réception de punt qui a permis à Houston de marquer deux jeux plus tard. Sans compter deux drives offensifs avortés à cause de passes relâchées sur troisième down. Les Chiefs s'en sont finalement sortis mais le même scénario ne pardonnera pas contre San Francisco.

3) Ils limitent la casse contre le jeu au sol de San Francisco.

Si les Niners n'ont pas à courir après le score, ils tenteront évidemment d'imposer leur jeu au sol. Pour Kansas City, l'un des enjeux du match est de forcer Jimmy Garoppolo à les battre dans les airs. Il serait fou de penser que l'ancien coéquipier de Tom Brady n'en est pas capable mais cela pourrait bien être le moindre des deux maux.

Pourquoi est-il important que KC ne se fasse pas marcher dessus par le jeu de course des Niners ? Il suffit pour cela de jeter un oeil aux trois défaites des Chiefs lorsque Patrick Mahomes II était aux commandes : 

Indianapolis Colts en Semaine 5 (13-19) : 45 courses pour 180 yards

Houston Texans en Semaine 6 (24-31) : 41 courses pour 192 yards

Tennessee Titans en Semaine 10 (32-35) : 26 courses pour 225 yards

SF court 144 yards par match en moyenne en saison régulière (2ème de la ligue) et a 89 courses pour 471 yards et 6 TD au sol en playoffs.

Bien sûr, KC a amélioré sa défense contre la course au fur et à mesure de la saison preuve en est la modeste performance de Derrick Henry (19 courses, 69 yards, 1 TD) avec les Titans en finale de conférence AFC (35-24). L'arrivée de Terrell Suggs a notamment participé à cette amélioration. Les Texans, quant à eux, n’ont pas pu insister au sol lors du Divisional Round (21 courses, 94 yards) parce qu’ils ont passé toute la seconde mi-temps à courir (ou pas justement) après le score.

Les Chiefs accordent près de 350 yards par match (17ème de NFL) mais seulement 19 points (7ème). Mais c'est justement quand le terrain se rétrécit que le jeu au sol prend toute son importance, puisqu'il y a moins d'espace pour manœuvrer. Le centre des Niners, Mike McGlinchey, estime que les Chiefs ont un très bon groupe de linebackersLinebacker (LB)
joueur de la défense polyvalent qui constitue le 2ème rideau défensive.
et que leur ligne défensive avec Chris Jones et Frank Clark peut leur poser pas mal de problèmes. Cela sera-t-il suffisant pour éviter que Raheem Mostert ne leur fasse subir le même sort qu'aux Green Bay Packers contre qui il s'est offert 220 yards et 4 TD en 29 courses en finale de conférence NFC ?

4) Leur équipe de sprinters a la balle avec un peu de champ libre pour se lancer.

Tyreek Hill : 40-yard en 4.29 secondes 

Mecole Hardman : 40-yard en 4.33 secondes

Sammy Watkins : 40-yards en 4.40 secondes

Il y a un peu de vitesse dans ce groupe de receveurs des Chiefs. Contre la défense en zone de San Francisco, Andy Reid voudra mettre la balle dans les mains de ses sprinters à coup de "slants" et de courses croisées comme rampe de lancement. Une fois lancés, ces trois-là seront difficiles à arrêter.

Les San Francisco 49ers gagnent si...

1) Ils imposent leur jeu au sol.

Établir le jeu au sol sera la priorité de SF en début de match. D'abord parce que la recette a plutôt bien réussi jusque-là et aussi parce que cela permettra de contrôler l'horloge et de laisser Patrick Mahomes II sur la touche.

On a déjà parlé de l'efficacité des jeux de courses de Kyle Shanahan et notamment de ses "motions" avant le snap. San Francisco les utilise 70% du temps contre 40% en moyenne dans la ligue. A se demander pourquoi tout le monde ne fait pas comme lui. Probablement parce que tout le monde n'a pas un fullbackFullback (FB)
coureur puissant et polyvalent. Il joue le rôle de bloqueur, de receveur et de bulldozer balle en main. Constitue avec les halfbacks (HB), les running backs (RB).
comme Kyle Juszczyk pour mener la charge. Sur ce type de jeux, les Niners engrangent 5.9 yards par course, soit 30% de plus que leur moyenne de 4.6 yards par course en saison régulière. Et comment les Chiefs défendent contre la course avec "motion" avant le snap ? KC est tout simplement la pire équipe de la ligue dans ce secteur, accordant 6.4 yards par course contre 3.9 yards par course quand l'adversaire n'utilise pas de "motion"

2) Ils gagnent la bataille des troisièmes downs.

Kansas City a la capacité de marquer rapidement et en peu de jeux, San Francisco un peu moins. Les Chiefs seront en mesure d’arrêter les drives des Niners s'ils les maintiennent à un taux de conversion raisonnable en troisième down. Les deux équipes sont parmi les toutes meilleures de la ligue en conversion de troisièmes downs offensifs et défensifs (voir ici). SF devra convertir ses tentatives pour étendre ses drives. Inversement, et sans surprise, les Niners devront forcer KC à punter ou, au pire, à marquer sur FG s'ils veulent éviter de se retrouver dans une course poursuite au score.

Problème pour les 49ers ? La défense des Chiefs est deuxième de la ligue au nombre de sacks sur troisième down. Pour aussi réputée que soit le pass-rush de San Franciso, il n'a produit que trois sacks de plus que celui de Kansas City (48 contre 45) en saison régulière. Et les deux équipes sont quasiment à égalité en playoffs (9-8 en faveur de SF).

La bonne nouvelle pour les Niners ? Jimmy Garoppolo est le QB qui a le meilleur pourcentage de complétion en situation de "3ème et 3" à "3ème et 7". Sur toutes les situations de troisième down avec peu de yards à couvrir, on peut penser que Kyle Shanahan aura recours au jeu au sol. Et comme San Francisco est la meilleure équipe de la ligue en premier down, avec 6.8 yards gagnés en moyenne, Kansas City va devoir trouver un moyen de repousser les Niners lors des deuxièmes downs.

3) Ils lâchent le bras de Jimmy Garoppolo sur play-action.

Jimmy G est redoutable sur longues balles, contrairement à ce qu'on pourrait croire. Le QB des 49ers a un pourcentage de complétion de 58.1% et une moyenne de 20.3 yards par passe lorsqu'il allonge les passes sur play-action, toutes deux meilleures statistiques de la ligue. A cause de la propension de son équipe à jouer au sol, il est aussi le QB qui tente le moins de longues passes avec 6.2% de jeux longs tentés, même si SF joue une play-action sur 31% de ses jeux soit le deuxième plus haut pourcentage de la ligue. Évidemment, lorsque l'on peut se reposer sur les mains d'un George Kittle, il n'est pas forcément besoin de tenter le "home run" à chaque fois.

Andy Reid n'est d'ailleurs pas dupe : "Jimmy peut lancer la balle. Pour aussi bien que SF joue au sol dans tous les gaps et sur toutes les zones du terrain, on ne peut pas ignorer leur jeu de passes". Bien sûr, il sait que les Chiefs accordent seulement 6.2 yards par jeu sur play-action, le quatrième plus petit total de la NFL, et que, lors de la seconde partie de la saison régulière, aucune équipe n'a tenté plus de 25% de play-action contre eux. Pourtant, les Titans ont été plutôt efficaces dans le domaine avec 67% de play-actions et 9.9 yards glanés par passe.

4) Ils plient mais ne rompent pas.

On l'a déjà mentionné : le danger pour San Francisco est que Patrick Mahomes II les martyrise sur longues passes. L'enjeu pour SF est donc de limiter ces opportunités pour Kansas City. 

Michael Robinson le résume ainsi : "Ils doivent tout garder devant eux parce qu'une fois que les Chiefs sont dans la red zone, ils n'auront pas assez d'espace pour battre les 49ers avec leur vitesse. Kansas City marque 54% de TD [dans les 20 derniers yards] en saison régulière, ce qui les classe en gros au vingt¡ème rang de la NFL. Patrick Mahomes II devra porter le ballon et il pourrait marquer une paire de TD au sol [dans ce match]".

Et le vainqueur sera ?

Pourquoi les Chiefs vont gagner...

Emmanuel Moseley ne peut pas arrêter Travis Kelce et les Chiefs vont prudemment éviter de lancer la balle en direction de Richard Sherman.

L'exception à cette règle sera d'essayer de profiter de la vitesse de Tyreek Hill en un-contre-un contre le vétéran du secondaire des 49ers.

Kansas City va profiter de ces déséquilibres pour mener rapidement au score et forcer San Francisco à abandonner son jeu au sol. Jimmy Garoppolo est un quarterback élite mais, dans un match qui sera décidé en attaque plutôt qu'en défense, le MVP de la saison 2018, Patrick Mahomes II, a l'avantage.

Pourquoi les Niners vont gagner...

Kansas City défend en "Cover-3" la majorité du temps et c'est une défense faite pour Jimmy Garoppolo (65% de passe complétées et 11.3 yards par tentative contre cette couverture).

En situation de troisième down, on a déjà vu que le QB des Niners n'était pas manchot. Il l'est encore moins contre la "Cover-1" que les Chiefs utilisent généralement dans ce genre de situation : 76% de passes complétées et 8.4 yards par tentative.

En outre, Kyle Shanahan aime attaquer le milieu du terrain, qui est une des faiblesses défensives des Chiefs. 

KC pourrait bien limiter l'impact offensif du jeu au sol des Niners mais Jimmy G gardera son équipe dans le match jusqu'à ce que Raheem Mostert explose enfin et mette définitivement les 49ers devant au tableau d'affichage.

Ce qu'il va se passer...

Les Chiefs ont un problème : leur défense contre la course. Contre la majorité des équipes, cela n'a pas d'importance puisque leurs adversaires doivent garder le rythme effréné imposé par Patrick Mahomes II. Mais, contre San Francisco, la 26ème défense de la ligue contre la course pourrait subir le même sort que les défenses au sol poreuses des Carolina Panthers (32ème de NFL et 51 points accordés aux 49ers), Cleveland Browns (30ème / 31 points) ou Cincinnati Bengals (28ème / 41 points).

L'attaque des Chiefs sera-t-elle capable de marquer autant contre la défense de SF qui, rappelons-le, est première de la ligue contre la passe ?

Une chose est certaine, on s'attend à un match serré. Les deux quarterbacks en sont conscients. Pour Jimmy Garoppolo, le match pourrait basculer sur un jeu. Répondant à FA sur le déroulement de la partie, Patrick Mahomes II, lui, estime qu'il est difficile de prévoir ce qu'il se passera sur le terrain et que tout se résume à juste trouver un moyen de gagner. 

Las Vegas

Les Chiefs sont favoris de 1.5 points

Over/under : 54 points

Prédiction

Chiefs 23 - 27 Niners

Conclusion

Le Super Bowl LIV est l’apogée de la saison. Il y a évidemment un engouement énorme autour du match. Les médias du monde entier sont présents à Miami, le match sera retransmis dans plus de 170 pays et en une multitude de langues. Pepsi, le sponsor du show de la mi-temps, promet avec Shakira et Jennifer Lopez, les douze minutes les plus inoubliables de l’histoire de la télévision, rien que ça. Toute la semaine, les joueurs et les coaches ont répondu sans relâches à des dizaines de questions, parfois souvent les mêmes. Avec tout ce battage médiatique, les deux équipes ont tout de même dû se préserver des nombreuses distractions. L’énormité de l’événement sera-t-elle trop à supporter pour les joueurs le 2 février 2020 au moment du kick-off ? Pas pour Richard Sherman. Selon lui, une fois qu’on est sur le terrain, c’est juste du football... Place au match !

 

Articles liés
... chargement de la zone de commentaire ...

 Messieurs, nous sommes devant, mais on ne sait jamais ce que ces joueurs de Cumberland ont dans leurs tripes. Donc dans la deuxième mi-temps, cognez les proprement et cognez les fort, ne baissez pas de régime.  – John Heisman, coach, Georgia Tech son équipe menait 120-0 à le mi-temps, score final 222-0.

En VO :  Men, we're in front, but you never know what those Cumberland players have up their sleeves. So, in the second half, go out and hit 'em clean and hit 'em hard. Don't let up. 

Citation décalée proposée par micky pour 10 Bzh. Suggérer une citation réelle ou fictive pour 10 Bzh !