La France en état de Graz !Les Bleus joueront samedi le match pour la 5ème place

Voir toutes les infos de ce match (articles, statistiques, play-by-play...)

Les Bleus durant l'hymne
Les Bleus durant l'hymne (Thomas Depaepe)
le 13/07/2011 à 22:54 par Thomas Deligny

Les Bleus ont su gagner leur dernier match de la poule B contre l’Autriche (16-24), pays organisateur de la Coupe du monde et favori de la rencontre. Les Français auront courbé l’échine durant la première mi-temps (3-0) avant de prendre l’ascendant psychologique grâce à une défense omniprésente et un jeu offensif enfin récompensé.

 

La France était prévenue : sans une bonne entame de match, ses chances de vaincre l’Autriche et de se retrouver nez à nez avec l’Allemagne afin de se battre pour devenir la meilleure nation européenne de la planète football, auraient été minces. Les Bleus semblent avoir compris le message et dressent les barbelés pour contenir les coups de butoir de Florian Grein. Comme face aux Canadiens, le quarterbackQuarterback
c'est le stratège de l'équipe. Il décide des tactiques avec ses coachs. Il est chargé de transmettre la balle à ses coureurs et de distiller les passes à ses receveurs.
autrichien a du mal à se régler et son premier drive se solde par un puntPunt
action utilisée en 4ème tentative et x yards à parcourir. Plutôt que de tenter les x yards, l'attaque choisit de botter le plus loin possible pour faire reculer son adversaire.
.

Son homologue français, Maxime Sprauel, doit également se rôder car ses deux premières passes pour Jérémy Rabot sont trop longues. Le punt, quant à lui, est très court et les Autrichiens se retrouvent à mi-chemin de l’enbut. La ligne française tient pour l’instant le coup et Christoph Gross est le meilleur allier des français. L’une de ses passes tape Nuno Dos Santos et oblige les locaux à nouveau punter.

Sur ses 16 yards, Maxime Sprauel cherche Paul Durand, sans succès. Lors du drive suivant, il laisse échapper le cuir mais le recouvre de suite. Rabot est enfin trouvé et il permet aux siens d’avoir quatre nouvelles tentatives. Laurent Marceline, ne parvenant toujours pas à trouver de trou de souris, Sprauel cherche Durand mais celui-ci est tout de suite pris. Paul Braisaz dégage son camp sur les 37 yards adverses.

Lorsqu’il arrive enfin à ajuster son bras, Christoph Gross voit Tony Rayapin empêcher sa bombe d’atterrir dans les bras de Dieplinger. Grein à deux reprises perce la ligne française au centre mais Zuppardi réussit à le rattraper à temps. Un assaut sans conséquence d’autant que les arbitres sifflent une faute offensive. Malgré une course de Grein, Florent Cajazzo empêche à nouveau une bombe de faire mal à l’équipe de France. Dieplinger et Stanzel offre la possibilité d’un nouveau drive alors que le premier quart temps se termine. Malgré de bonnes courses de Florian Hiess et Thomas Haider, Grien est bien maitrisé notamment par Giovanni Nanguy qui lit bien son jeu. Le kicker autrichien manque le field goalField Goal (FG)
coup de pied à 3 points effectué le plus souvent en 4ème tentative quand l'attaque a été bloquée. Il est joué depuis l'endroit où la dernière action c'est achevée. En cas de réussite c'est 3 points et engagement. En cas d'échec, la possession change de camp mais il y a deux possibilités : avant le snapSnap
signal de départ de l'action, quand le centre transmet la balle au QB.
, la balle était à l'intérieur des 20 yards, on replacera alors la balle sur la ligne des 20 yards ou elle était placée au-delà des 20 yards, on la replacera au même endroit.
sur les 19 yards laissant les équipes à égalité sur un score nul.

L’attaque française se montre inefficace, pour le moment. Jérémy Larroque ne parvient pas à contourner la défense et Jérémy Rabot n’est toujours pas connecté à Sprauel : les Français puntent à nouveau. Mario Nerad ramène cependant rapidement le danger dans le camp français. Arnaud Vidaler  se blesse sur le tackle suivant mais il est bien suppléé par Julien Zuppardi qui empêche la progression autrichienne. Peter Kramberger se voit offrir une deuxième chance d’ouvrir le score sur field goal. Cette fois, le ballon passe entre les poteaux (3-0).

Sur le dégagement, Steve Delaval reçoit le ballon mais subit la pression de trois adversaires. Ni Kiernan à la course, ni Durand ne se montrent efficaces et les tricolores rendent une nouvelle fois le ballon.

Giovanni Nanguy contre la passe du QB back-up, Thomas Heider, mais celui-ci trouve à trois minutes de la pause Andreas Pröller et Ponce de Leon pour des gains de plus de 10 yards. Le public croit se diriger vers un TD mais c’est sans compter sur Aurélien Fourgeaud qui réalise une interceptionInterception
passe du QB rattrapée par un défenseur (un adversaire).
déterminante sur sa ligne d’en-but. La France tient bon, se trouve toujours à la mi-temps, à portée des joueurs locaux (0-3).

Aurélien Fourgeaud
Aurélien Fourgeaud (Thomas Depaepe)

La France revient avec de belles intentions des vestiaires. Paul Braisaz-Latille relance sur plus de trente yards et Paul Durand amènent les Bleus à hauteur des 40 autrichiens. Mais sur l’action suivante Peter Tutsh intercepte le receveur en lui subtilisant le cuir des mains. Armando Ponce de Leon fait avancer son équipe : les Français l’empêchent alors de faire plus de mal, et Steve Berton est à deux doigts de sacker le QB Christoph Gross.

Sur le punt, Paul Braisaz réalise une splendide percée mais il échoue à 5 yards de la ligne. Le « tracteur » Laurent Marceline, en panne ce soir, Anthony Dablé étire son mètre 90 pour capter le cuir dans la end-zone et marquer son deuxième TD de la compétition. Bruno Nekili, toujours impérial, assure la transformation (3-7).

La défense, malgré les blessures de certains titulaires fait bonne figure en empêchant la relance autrichienne par Sandino Octobre et en mettant la pression sur le QB autrichien qui se montre encore inconstant.

Jérémy Rabot, esseulé, est trouvé plein axe par Maxime Sprauel et distance le dernier défenseur pour marquer le deuxième TD du match, toujours transformé par le précieux Bruno Nekili (3-14).

Les Autrichiens bafouent complètement leur jeu : sur la relance, ils commettent un fumbleFumble
quand le porteur du ballon laisse échapper celui-ci par maladresse ou suite à un choc. Le ballon est alors à terre mais vivant et c'est la 1ère équipe qui le ramasse qui en prend la possession. Avec les interceptions, le fumble est la seconde façon de rendre le ballon à l'adversaire. Ensemble, ils constituent des Turnovers (pertes de balle). C'est souvent cette stat. qui décide de l'issue de la rencontre.
provoqué par Steve Delaval et que s’empresse de recouvrir César Hébel. Dablé est trouvé et résiste à ses plaqueurs pour amener les Bleus à 4 yards de la ligne. Kiernan, converti en receveur, laisse échapper le ballon et alors que tout le banc français a déjà levé les bras. Le running-back tente alors de trouver une faille au centre mais ni lui, ni Marceline ensuite ne parviennent à franchir la ligne d’en-but. Nekili, impérial, ajoute trois points sur field goal (3-17).

Les Autrichiens ont toujours du mal à progresser à la course et le second QB, Thomas Heider ne trouve pas non plus ses receveurs. Sur une 4ème tentative et 23, Nuno Dos Santos réalise une nouvelle interception et les Français peuvent repartir sur leurs 45 yards. La confiance est clairement dans le camp tricolore : Paul Durand amène une nouvelle série de tentative et le « tracteur » Marceline entre enfin en action.

Le QB autrichien sacké
Le QB autrichien sacké (Thomas Depaepe)

A l’aube du dernier quart-temps la France compte deux TD transformés d’avance. Et bientôt trois, grâce à une magnifique offrande de Sprauel qui atterrit dans les bras de Jérémy Rabot. Nouveau TD français transformé par Nekili (3-24).

Dans ce pays où la bière est reine, la défense ne baisse pas la pression ! Florent Cajazzo se distingue et Julien Zuppardi sacke le QB suppléant. La France aurait dû récupérer le ballon après un punt des autrichiens mais une faute défensive leur redonne la possession. Mario Nerad se réveille à la course et Dieplinger est enfin trouvé dans la zone de vérité. La transformation est contrée et Nuno Dos Santos file avec le ballon avant d’être rattrapé par la patrouille (9-24).

L’attaque française marque un coup d’arrêt et est obligée de se dégager. L’Autriche prend tous les risques. Thomas Heider trouve Stefan Holzinger alors que Giovanny Nanguy et Cédric Cotar s’y mettent à deux pour réaliser le sackSack
plaquage du QB dernière la ligne de scrimmage (perte de terrain).
. Dieplinger, à nouveau lui, ramène les siens sous les 10 yards mais le QB est à nouveau sacké, cette fois, par Steve Berton. Harald Egger se mue en quart-arrière pour trouver Andreas Pröller dans la end-zone (16-24). Les Bleus récupèrent le onside-kick et n’ont plus qu’à laisser filer le chronomètre après un first downFirst Down
1ère tentative. Série de 4 tentatives dont l'attaque dispose pour couvrir un minimun de 10 yards.
obtenu de façon aérienne par Dimitri Kiernan.

La France aura l’occasion samedi de prendre sa revanche sur l’Allemagne qui l’avait battue en finale du Championnat d’Europe l’an passé. Et dans la capitale autrichienne, ad Vienne que pourra !

 

 

MVP du match

Autriche : Mario Nerad

France : Jérémy Rabot

 

Voir toutes les infos de ce match (articles, statistiques, play-by-play...)

  1 2 3 4 OT Final
0 3 0 13 16
0 0 17 7 24
... chargement de la zone de commentaire ...

 Un bon lineman, c'est comme courir dans un mur de brique qui aurait des bras.  – Bill Pickens (DE) après un contact avec son coéquipier Jim Tyrer (ancien OL des Chiefs et Hall of Famer)

En VO :  A good lineman, It's like running into a brick wall that has arms. 

Citation réelle proposée par Libs91 pour 10 Bzh. Suggérer une citation réelle ou fictive pour 10 Bzh !