L'équipe de la semaine : les Canonniers de ToulonEntretien avec Philippe Gardent

(Montage photo: Guillaume Tedeschi)
le 19/02/2014 à 08:33 par Olivier Rival

C’était le grand début de la saison de Casque d’Or ce week end sur les terrains français. Avantage aux équipes qui recevaient avec 6 victoires sur 8 pour les locaux. Les deux équipes qui se sont imposées à l’extérieur, Toulon et Grenoble, s’affronteront d’ailleurs la semaine prochaine pour un premier « choc » de cette nouvelle saison. L’occasion de discuter avec celui qui a porté son premier casque de foot US à Grenoble et qui coach cette saison les Canonniers : Philippe Gardent. L’ex-MVP défensif de la NFL Europe nous parle de sa jeune équipe toulonnaise et de sa vision du foot US à la française.

Bonjour Philippe, quel est ton rôle à Toulon cette année ?

Après avoir coaché les juniors l’an passé, je suis « monté » en séniors avec pas mal de mes joueurs de l’an dernier. Je co-gère l’équipe avec Mathias Torre, en étant plus positionné sur la défense et les unités spéciales.

Tu es aussi vice-Président de l’American Football Coaching and Teaching Academy. Tu peux nous en dire plus sur cette organisation ?

Avec d’autres coachs en Europe et dans le Monde nous essayons de donner des clés pour progresser dans notre sport à des coachs et des joueurs à travers le Monde. Depuis l’été dernier nous avons le soutien de l’IFAF et faisons partie de leur politique de développement de notre sport. Nous intervenons pour des stages, des camps, des clinics en Europe, en Amérique du Sud. Là par exemple, je me prépare pour un clinic en République Tchèque dans quelques semaines.

Avec les Canonniers, comment abordes-tu cette nouvelle saison de Casque d’Or ?

Nous ne nous donnons pas d’objectif précis. Nous nous concentrons sur nous-mêmes. Ce que nous voulons c’est atteindre le meilleur niveau de football possible avec cette équipe. Tout le monde doit progresser et se responsabiliser pour faire progresser l’équipe. Nous avons un effectif pas très étoffé en nombre, jeune, sans imports. C’est une équipe très homogène où chacun peut trouver sa place, participer. Tout le monde se sent responsabilisé et ça donne, je crois, un très bon esprit à l’équipe. Personne n’est indispensable comme cela peut être le cas quand un très bon import écrase un peu l’équipe de sa classe. Du point de vue du jeu, du système on s’adapte donc à cet effectif.

Qu’essaies-tu d’amener en priorité à l’équipe en tant que coach ?

J’essaie d’être positif, de ne pas leur donner de limite, de leur donner envie de se dépasser, de progresser. Il faut faire confiance à l’intelligence et à la compréhension des joueurs. Quand on comprend ce que l’on fait en foot US, que l’on comprend le jeu, que l’on a les clés pour être un joueur qui maitrise et sait ce qu’il fait, on est en position de gagner. Pour l’instant comme je te le disais, on est avant tout « focus » sur nous, notre jeu, nos plans, on ne regarde pas trop les autres équipes de la poule et on verra bien ce qu’il en ressort match après match.

Justement ce premier match  (NDLR : Victoire 47-7 sur les Warriors d’Avignon) qu’en as-tu pensé ?

Ca s’est bien passé, l’équipe était bien concentrée.

Vous jouez avec un jeune QBQuarterback
c'est le stratège de l'équipe. Il décide des tactiques avec ses coachs. Il est chargé de transmettre la balle à ses coureurs et de distiller les passes à ses receveurs.
français de 21 ans (NDLR : Flavian Ruda), tu penses qu’il peut aller loin dans notre sport ?

C’est sans doute trop tôt pour le dire. Il est en tout cas parfait pour notre système (NDLR : principalement une Triple Option). Il nous permet d’équilibrer l’attaque, d’obliger les défenses adverses à ne pas rester concentrée que sur la course. Il fait encore quelques erreurs de jeunesse mais il apprend vite.

Le prochain match c’est la réception du club où tu as commencé, les Centaures, un match particulier pour toi ?

Pour l’instant j’essaie de ne pas trop y penser. Et puis tu sais je suis passé dans pas mal de clubs, les Argos, le Flash, les Cougars… Je ne suis pas dans les petites « gueguerres » entre clubs, pour moi rencontrer les Centaures c’est avant tout l’occasion de revoir des potes, de serrer des mains ! Je suis sûr que l’ambiance sera sympa.

Si cette saison se passe bien pour vous, tu penses que le club pourras penser à l’Elite ?

Je ne suis pas trop dans la partie structures et finances du club donc cela m’est difficile de répondre à la question. Du côté terrain en tout cas on fera tout pour être compétitifs et performants quel que soit le championnat.

Tu as été un des premiers français à t’expatrier. Comment vois-tu la nouvelle génération qui n’hésite pas à aller jouer à l’étranger ?

Je ne vais surement pas les critiquer. Ca me parait normal de vouloir aller jouer au meilleur niveau possible ne serait-ce que pour se faire plaisir et viser la performance. En plus si cela leur permet de gagner un peu d’argent et d’être mieux préparés pour jouer en Equipe de France… Mon seul regret est de voir partir au Canada, par facilité quelquefois, des jeunes qui pourraient aller tenter leur chance aux Etats-Unis.

Tu as commenté la saison NFL sur beIN, on te retrouvera au micro l’an prochain ?

Probablement. On doit se réunir en mai pour faire le point mais je pense que je serai de retour sur beIN sport l’an prochain.

Philippe Gardent avec un casque c’est définitivement du passé ?

Définitivement oui !

... chargement de la zone de commentaire ...

 Si Marc Bulger lance une interception dans un stade Sun Devil vide de tout spectateur, est-ce encore une interception ?  – Jeff Gordon, journaliste au Saint-Louis Post suite à un match face aux Cardinals

En VO :  If Marc Bulger throws an interception in Sun Devil Stadium and nobody is there to see it, is it still an interception ? 

Suggérer une citation réelle ou fictive pour 10 Bzh !