Thriller dans l'ArizonaLes Cards crucifient les Packers 26-20 en OT dans un match qui fera date

Voir toutes les infos de ce match (articles, statistiques, play-by-play...)

Fitzgerald le bourreau du Pack
Fitzgerald le bourreau du Pack
le 17/01/2016 à 10:36 par Thomas Savoja

Cette affiche de Divisional Round entre les Cardinals de l'Arizona et les Packers de Green Bay nous a offert un match exceptionnel ce samedi soir dans le désert de l'Arizona. Avec une intensité émotionnelle hors norme, d'improbables retournements de situation et des Big Plays à la pelle, voici assurément une rencontre qui restera dans les annales des Playoffs et j'avoue que je suis encore un peu sous le choc en ce dimanche matin.

Les Cardinals en ressortent finalement vainqueurs 26 à 20 en Overtime alors que les Packers avaient réussi l'impossible retour grâce à un Hail Mary à la dernière seconde. Oui mais voilà, il y avait un certain Larry Fitzgerald ! Le WR vedette des Cardinals était dans une autre dimension lors de cette rencontre. Sur la première action de l'OT, Carson Palmer échappait miraculeusement à un sack avant de trouver Fitzgerald qui allait remonter presque tout le terrain. Deux actions plus tard il envoyait les siens en "NFC Championnship Game" grâce à un TD sur une petite passe à la cuillère de Palmer qui prenait à défaut la défense du Pack pourtant valeureuse toute la soirée.

La foule rouge et blanche pouvait exulter et chanter à gorge déployée : "Larry ! Larry !", assurément l'homme du match avec 8 réceptions et 176 yards au compteur. "En tant que leader de l'équipe, j'essaie simplement d'élever le niveau de mon jeu dans les gros matchs et de faire des actions pour mes coéquipiers" dira-t-il simplement en conférence de presse après match.

Et pourtant, le chemin a été laborieux pour les Cardinals. Carson Palmer a été capable de rebondir après avoir été limité à 74 yards seulement en première mi-temps pour finir avec 349 yards à la passe. 

Pour Aaron Rodgers et les Packers, la fin de match est cruelle puisqu'il n'aura pas l'occasion de revenir sur le terrain après son incroyable "Ave Maria" qui termine dans les mains de Jeff Janis alors que le temps à expiré. Après la blessure de Randall Cobb, Janis a été fortement sollicité dans ce come-back mémorable en prenant le dessus sur cette dernière action sur deux défenseurs des Cardinals dont un certain Patrick Peterson excusez du peu ! Janis enregistrera 7 réceptions dans le match alors qu'il n'en comptait que 2 depuis le début de saison.

Cette fin rocambolesque est finalement à l'image de la saison des Packers qui a été faite de hauts et de bas, de brillantes réactions d'orgueil mais qui ne suffisent pas à gagner les gros matchs de Playoffs.

"Perdre dans ces conditions, juste après être revenu au score sur un Hail Mary est assez incroyable" admettra le LBLinebacker (LB)
joueur de la défense polyvalent qui constitue le 2ème rideau défensive.
de Green Bay Clay Matthews.

Il faut bien avouer qu'Arizona a eu un maximum de réussite dans le match en témoigne ce TD gag de Michael Floyd qui récupère par miracle dans la end-zone une passe contrée par le CB des Packers Damarious Randall. Les Packers sont alors mené d'un TD et il reste moins de 2 minutes à jouer. Avec 55 secondes au compteur sur une 4ème et 20, Aaron Rodgers réalise l'exploit de sortir de sa poche, d'échapper au sackSack
plaquage du QB dernière la ligne de scrimmage (perte de terrain).
avant de lancer une passe de 60 yards pour Janis sur les 36 yards adverse. On sait ce qu'il adviendra ensuite, ce retour in extremis puis ce coup de poignard en début d'overtime.

Rodgers termine la rencontre avec un 24 sur 44 pour 261 yards, 2TD et 1 INT. Palmer, qui signe à l'occasion sa première victoire en playoff après 3 tentatives infructueuses termine à 25 sur 41 pour 349 yards 3 TD et 2 INT.

Le mot de la fin aux deux coachs :

"On est vraiment passé par toutes les couleurs de l'arc en ciel sur le bord de touche" concède Bruce Arians. "Il nous fallait faire abstraction de ces émotions pour nous concentrer sur l'action suivante, peu importe ce qui est arrivé avant et c'est ce que l'équipe a réussi à faire".

"Je ne peux pas dire que l'on ai joué notre meilleur match" dira quant à lui Mike McCarthy. "Nous n'avons pas fait assez pour gagner. On a du faire face à trop de difficultés et en face ils n'ont pas cèdés".

 

 

 

Voir toutes les infos de ce match (articles, statistiques, play-by-play...)

  1 2 3 4 OT Final
Arizona 7 0 3 10 6 26
Green Bay 0 6 7 7 0 20
... chargement de la zone de commentaire ...

 Je vous l'échange contre un pack de bière et elles n'ont même pas à être fraiche.  – Le coach des Eagles Buddy Ryan à propos de son coureur Earnest Jackson.

En VO :  Trade him for a six pack ; it doesn't even have to be cold. 

Suggérer une citation réelle ou fictive pour 10 Bzh !