Le cauchemar de Romo

shield NFL actuel
shield NFL actuel (NFL.com)
le 07/01/2007 à 00:00 par Pierre-François Flores
Mise à jour du 20/10/2010 à 21:03
Le football est parfois cruel et les désillusions immenses. Avec 1:15 à jouer et un drive mené de main de maître par Toni Romo, les Cowboys de Dallas sont en position pour marquer un field goalField Goal (FG)
coup de pied à 3 points effectué le plus souvent en 4ème tentative quand l'attaque a été bloquée. Il est joué depuis l'endroit où la dernière action c'est achevée. En cas de réussite c'est 3 points et engagement. En cas d'échec, la possession change de camp mais il y a deux possibilités : avant le snapSnap
signal de départ de l'action, quand le centre transmet la balle au QB.
, la balle était à l'intérieur des 20 yards, on replacera alors la balle sur la ligne des 20 yards ou elle était placée au-delà des 20 yards, on la replacera au même endroit.
de 19 yards, soit plus facile qu'un extra-point. Sur la touche, les Seahawks de Seattle, qui mènent 21 à 20, sont déjà en train de réfléchir à la manière de mettre Josh Brown en position pour tenter le coup de pied décisif : On se demandait comment amener Josh dans les 35 yards raconte Shaun Alexander.

Un nouveau miracle en playoffs

La NFL a connu par le passé des finals à rebondissements. A n'en pas douter que celui-ci en fait partie.
Toni Romo est le holder sur le field goal. Snap, il capte le ballon qui lui glisse des mains. Par chance, il réussit à s'en saisir et part sur la gauche pour aller au touchdownTouchdown (TD)
c'est l'essai qui vaut 6 points et qui peut être transformé au choix à 1 ou 2 points. Il suffit que le ballon pénètre dans la endzone. (pas besoin d'aplatir)
. Mais Jordan Babineaux le rattrape et le plaque à moins de 2 yards de ce qui aurait été le touché de la victoire, à moins de 1 d'un first downFirst Down
1ère tentative. Série de 4 tentatives dont l'attaque dispose pour couvrir un minimun de 10 yards.
! La saison des Cowboys est perdue pour 90 centimètres.
Le jeune quarterbackQuarterback
c'est le stratège de l'équipe. Il décide des tactiques avec ses coachs. Il est chargé de transmettre la balle à ses coureurs et de distiller les passes à ses receveurs.
est bien sûr anéanti : Je ne sais pas si j'ai déjà aussi mal confie-t-il en conférence de presse, ajoutant : Je prends l'entière responsabilité de ce qui s'est passé. C'est ma faute. Cela coûte une victoire en playoffs à Dallas et ça risque de me prendre du temps pour digérer.
Dallas n'a plus remporté un match de phase finale depuis 1996. Bill Parcels, le premier coach à conduire 4 franchises différentes aux playoffs, n'est donc pas devenu le premier à remporter un match avec chacune d'entre elles.

Sur l'action suivante, Alexander couvre 20 yards au sol, sa plus longue course de la soirée et assure la victoire de son équipe. Dallas réussit à récupérer la possession avec 8 secondes au compteur mais la passe "Hail Mary" (passe longue distance dite Avé Maria) de Romo ne trouve pas preneur dans la end zoneEnd Zone
Zone d'en-but de 10 yards située de chaque côté du terrain.
.

Les fumblesFumble
quand le porteur du ballon laisse échapper celui-ci par maladresse ou suite à un choc. Le ballon est alors à terre mais vivant et c'est la 1ère équipe qui le ramasse qui en prend la possession. Avec les interceptions, le fumble est la seconde façon de rendre le ballon à l'adversaire. Ensemble, ils constituent des Turnovers (pertes de balle). C'est souvent cette stat. qui décide de l'issue de la rencontre.
tuent les Cowboys


Toni Romo (17/29, 189 yards et un touchdown), qui jouait le premier match de playoffs de sa carrière, en était à 7 fumbles lors de 5 derniers matchs. Il faut en ajouter deux à son palmarès. Si le premier est récupéré par Julius Jones, on sait les conséquences qu'auront le second.
Tout ceci est d'autant plus cruel qu'il réalisait une superbe prestation en deuxième mi-temps avec notamment un dernier drive qui avait tout d'un comeback.
Plus tôt dans le match, le tight end Jason Witten avait déjà perdu un fumble à la suite d'une belle réception.
Plus tard, Seattle fait preuve d'un réalisme remarquable. Matt Hasselbeck (18/36 pour 240y, 2 TDs et 2 Ints) mènent deux drives conclus par des passes de touchdowns de 15 et surtout 37 yards pour Jeremy Stevens. Le second intervient à la suite du premier tournant du match : un fumble.
La défense de Dallas réalise une "goal line defense" héroïque et permet à son attaque de récupérer la possession sur ses propres 1 yard. Romo trouve Glenn qui capte le lancer mais glisse et ne peut assurer sa réception correctement. Jennings lui arrache alors le cuir qui pénètre dans la end zone. Lofa Tatupu réussit alors à volleyer le ballon pour Boulware qui marque le touchdown. Cette action exceptionnelle est finalement convertie en un safety par les arbitres, Parcells demandant la révision vidéo. Tatupu avait effectivement "3 orteils" sur la ligne au moment de toucher le ballon.
En quelques secondes, les Seahawks passent de 13-20 à 21-20.

Quel avenir pour Parcells ?

Le charismatique coach pense sérieusement à arrêter sa carrière après cette défaite. Son président Jerry Jones veut absolument qu'il reste.
En cas de retraite, la NFL perdrait un autre de ses grands entraîneurs quelques jours après Bill Cowher.

Dallas : porté puis trahi par ses équipes spéciales

A la fin du 3ème quart-temps, alors que Seattle vient de passer devant 13 à 10, Miles Austin remonte l'engagement pour 93 yards et le touchdown, le plus long de l'histoire des Cowboys, leur premier en playoffs.
Quelques minutes plus tard, le field goal de la victoire est gâché par Romo.

Les Seahawks continuent leur parcours chaotique

Cette rencontre est à l'image de la saison des deux protagonistes : insconstante.
Hasselbeck n'a pas été flamboyant mais a su mener quelques séries cruciales. Romo a globalement réussi son premier match en postseason. Malgré quelques passes courtes traduisant de la fébrilité, il a répondu présent avec une fiche statistique de 17/29, 189 yards et un touchdown. Malheureusement, son erreur sur le field goal coûte le match à Dallas.

De son côté, Shaun Alexander n'a pas l'éclat de l'an dernier. Sa blessure n'est plus présente mais il manque de rythme et de percussion. Il termine avec 69 yards (20 yards à 1 minute de la fin) en 24 courses soit bien moins que son homologue texan Julius Jones (22 courses, 112 yards).

Si la défense des locaux n'a pas été irréprochable, elle a réalisé les jeux décisifs complétant à merveille les carences de son attaque. Bryce Fisher termine avec 2 sacksSack
plaquage du QB dernière la ligne de scrimmage (perte de terrain).
et un fumble forcé.

Seattle peut vraiment s'estimer heureuse. Elle n'a jamais été en mesure de prendre le dessus sur son adversaire. Mais, une fin rocambolesque lui permet de passer ce tour et d'achever sur un succès sa saison à domicile.
Désormais, il faut penser à Chicago ou New Orleans où il lui faudra montrer autre chose pour espérer aller défendre son titre NFC dans 15 jours.
... chargement de la zone de commentaire ...

 Dans cette équipe, nous sommes tous unis derrière un but commun : conserver mon job.  – Lou Holtz

En VO :  On this team, we're all united in a common goal : to keep my job. 

Suggérer une citation réelle ou fictive pour 10 Bzh !