Super Bowl XLIII : le toit du monde se mérite6ème titre des Steelers

Voir toutes les infos de ce match (articles, statistiques, play-by-play...)

background
background
le 06/02/2011 à 15:43 par Pierre-François Flores

Paru le 3 février 2009 à 5h10

Les Pittsburgh Steelers reprennent leur place sur le toit de la NFL avec un sixième trophée Vince Lombardi, au terme d'un nouveau Super Bowl épique. Ils s'imposent 27 à 23 sur des vaillants Arizona Cardinals.

Menés de 3 points à 2:37 de la fin du match, les Steelers doivent inscrire un field goalField Goal (FG)
coup de pied à 3 points effectué le plus souvent en 4ème tentative quand l'attaque a été bloquée. Il est joué depuis l'endroit où la dernière action c'est achevée. En cas de réussite c'est 3 points et engagement. En cas d'échec, la possession change de camp mais il y a deux possibilités : avant le snapSnap
signal de départ de l'action, quand le centre transmet la balle au QB.
, la balle était à l'intérieur des 20 yards, on replacera alors la balle sur la ligne des 20 yards ou elle était placée au-delà des 20 yards, on la replacera au même endroit.
pour jouer la prolongation.
Mais "Big" Ben Roethlisberger orchestre un drive de 78 yards en 8 jeux et 2 minutes pour le touchdownTouchdown (TD)
c'est l'essai qui vaut 6 points et qui peut être transformé au choix à 1 ou 2 points. Il suffit que le ballon pénètre dans la endzone. (pas besoin d'aplatir)
de la victoire et accessoirement son 19ème comeback en carrière.
Sur la série, ce n'est pas Ward qui brille mais Santonio Holmes qui capte 3 ballons dont celui du touchdown.

Avant cette série, c'est les Cards et Warner qui avaient dynamité la défense imperméable des Steelers, pour ce qui semblait être le touchdown de la victoire.

Roethlisberger sera certainement MVP de la rencontre avec son drive "Montanesque", et il est d'ores et déjà le plus jeune double vainqueur du titre suprême.

Côté Warner, la pillule doit être dure à avaler. Il perd son deuxième Super Bowl, à chaque fois à l'ultime seconde face à un jeune QBQuarterback
c'est le stratège de l'équipe. Il décide des tactiques avec ses coachs. Il est chargé de transmettre la balle à ses coureurs et de distiller les passes à ses receveurs.
talentueux.

Si la finale de l'an passée était grandiose, celle-ci n'a pas grand chose à lui envier.

La 6ème bague des Steelers
La 6ème bague des Steelers

 

MVP : Santonio Holmes, Wide Receiver

Santonio Holmes capte 4 passes pour 73 yards dans la dernière série qui restera comme l'un des plus magistral comeback de l'histoire des Super Bowls, à la hauteur de celui de Joe Montana en 1989 ou de Manning l'an dernier. Il termine avec 9 réceptions pour 131 yards et un touchdown.

Retour sur le match

Les Pittsburgh Steelers ont décidé de recevoir.

Première série d'école pour les Jaunes et Noirs, avec notamment une passe de 38 yards pour Hines Ward, incertain peu avant le match.
Ben Roethlisberger conclut le drive sur un bootleg côté droit de la ligne. Mais Wishenhunt demande la révision vidéo et gagne son pari.
4ème tentative et les Steelers se contentent du field goal. 3-0 Pittsburgh.

Les Arizona Cardinals sont fébriles sur leur premier drive. Peu de temps pour passer pour Kurt Warner, un holding qui coûte 10 yards et un fumbleFumble
quand le porteur du ballon laisse échapper celui-ci par maladresse ou suite à un choc. Le ballon est alors à terre mais vivant et c'est la 1ère équipe qui le ramasse qui en prend la possession. Avec les interceptions, le fumble est la seconde façon de rendre le ballon à l'adversaire. Ensemble, ils constituent des Turnovers (pertes de balle). C'est souvent cette stat. qui décide de l'issue de la rencontre.
sur une transmission à Edgerrin James.

De retour en attaque, Pittsburgh déroule aussi facilement sur la première série. Big Ben est en forme avec un série de passe complétée dont une superbe improvisation (7/8 118 yards) pour un first downFirst Down
1ère tentative. Série de 4 tentatives dont l'attaque dispose pour couvrir un minimun de 10 yards.
.

Déjà la fin du premier quart-temps. Seulement 12 yards de gagnés par les Cards et la défense qui va devoir faire face à une 2ème et goal.
Après un premier temps-mort, Russell conclut la série et donne 10 points d'avance aux Steelers. Déjà, les Cards font face au plus gros écart jamais remonté pour une victoire au Super Bowl : 10-0.

Et les choses ne s'améliorent pas. Sur le kickoffKickoff
coup de pied d'engagement en début de mi-temps. Effectué balle à terre depuis la ligne des 30 yards de l'équipe qui engage.
, Arrington laisse échapper le cuir avant de relancer jusqu'aux 17 yards.
La série est productive avec quelques first downs, tous obtenus par la voie aérienne. Le jeu de course n'est pas efficace mais, sur une play actionPlay Action Pass
action de jeu où le QB va faire semblant de transmettre la balle à son coureur et va en fait lancer une passe.
, Warner trouve Boldin pour 50 yards qui est repris à 1 yard de la goal lineGoal Line
ligne d'en-but.
.
Sur le jeu suivant, Warner lance vers Patrick qui se détend et bat Foote pour les 6 points : 10-7 !

La défense se met au diapason de l'attaque sur la série suivante avec le premier "stop" de la soirée à 4'30 de la mi-temps.
Les Steelers puntent et Breaston remontent la balle de façon magistrale, bénéficiant de 2 bons blocks et met son équipe sur les 43 yards adverses.
Une pénalité de James (Chop block) met les Cards en difficulté, puis la défense, par l'intermédiaire de Woodley, enregistre le premier sackSack
plaquage du QB dernière la ligne de scrimmage (perte de terrain).
de Warner. Whisenhunt demande le premier temps-mort de la soirée pour Arizona. Warner joue la screen sur James qui ne capte pas la balle. Arizona doit punter et le bon retour de Breaston n'aura servi à rien. Déjà 5 pénalités pour 45 yards contre les Volatiles.

Le ticket du Super Bowl XLIII
Le ticket du Super Bowl XLIII
Après un beau puntPunt
action utilisée en 4ème tentative et x yards à parcourir. Plutôt que de tenter les x yards, l'attaque choisit de botter le plus loin possible pour faire reculer son adversaire.
qui met les Jaunes et Noirs à 13 yards de leur en-but, Big Ben voit sa passe contrée et intercepté par Dansby.
Balle sur les 34 yards des Steelers, Two-minute warningTwo-Minute Warning
temps mort institutionnel demandé par les arbitres quand il ne reste plus que 2 minutes à jouer dans chaque mi-temps.
.
Deux passes manquées plus loin, les Cards affrontent une 3ème-et-10. Warner en shotgunShotgun
(fusil de chasse) formation d'attaque qui consiste à placer le QB en position reculée derrière son centre et à aligner 4 (ou plus) receveurs écartés. Utilisée dans l'optique de faire une passe.
. Passe sur Hightower qui gagne 12 yards après la réception. First down. Time OutTime Out
quand le temps s'arrête à la suite d'une demande faite par l'une des 2 équipes. Elles disposent de 3 temps-morts par mi-temps de 90 sec.
Cardinals.
Première connexion pour Fitzgerald qui obtient le first down. Time Out Steelers. Il reste 43 secondes à jouer.
Passe complétée pour Boldin dans le slot. Puis une autre pour le first down. Arizona consomme son dernier temps-mort. 18 secondes à jouer.
Shotgun, INTERCEPTION de James Harrison qui remonte 100 yards pour le touchdown !!! INVRAISEMBLABLE. Record NFL pour un TD sur interceptionInterception
passe du QB rattrapée par un défenseur (un adversaire).
. La performance est d'autant plus admirable qu'elle est l'oeuvre d'un linebackerLinebacker (LB)
joueur de la défense polyvalent qui constitue le 2ème rideau défensive.
, moins véloce qu'un cornerback.
Les arbitres décident de revoir l'essai au ralenti. Harrison semble en effet être repris par Fitzgerald avant la goal line.
Mais le touchdown est finalement confirmé. La décision est cruciale puisqu'elle redonne 10 points d'avance aux Steelers pourtant en difficulté dans cette fin mi-temps : 17-7.

Place à Bruce Springsteen pour le traditionnel HalftimeHalftime
pause de 15 min entre les 2 mi-temps (halfs).
Show !

Le duel des QBs tient ses promesses : Ben Roethlisberger, 11/14 pour 130 et 1 interception, n'a pas eu de chance sur l'interception mais cette dernière sera finalement sans conséquence puisque rattrapé par la chevauchée de Harrison. Kurt Warner affiche pour l'instant de bonne stat 12/18 pour 135 yards, 1 touchdown mais une interception coûteuse.

Parker gagne 34 yards en 8 courses tandis que James est le meilleur coureur des Cards avec 10 petits yards en 4 portés.Les Cardinals débutent ce troisième quart-temps au bilan contrasté pour les deux équipes. Si les Cards dominent la ligue avec 154 points marqués dans cette période, les Steelers ne font pas moins bien avec leur défense puisqu'ils n'ont concédé que 29 points.

Sur une 3ème-et-7, Warner est pris par Farrior qui force le fumble, recouvert par l'inévitable Harrison. Warner conteste le fumble, persuadé d'avoir lancé la balle en avant, vers Fitzgerald. Whisenhunt demande la révision vidéo et a raison pour la deuxième fois de la soirée. Arizona punte.

Pittsburgh peine un peu face à une défense farouche mais dissipée. Déjà 7 pénalités pour 76 yards pour les Cardinals, dont deux grosses fautes personnelles dans cette série (30 yards et 2 first downs). Mais elle tient en ne concède qu'un field goal. Malheureusement pour les fans des Rouges, une faute ridicule de Rolle est sanctionnée par un first down automatique (il percute le holder). Au courage, la défense tient le choc et ne laisse que 3 points. 20-7.

Il n'y a que 13 points d'avance, moins de deux TDs transformés, mais les Steelers ont mangé 8 minutes sur la série.

Le troisième quart-temps aura finalement tourné à l'avantage des Hommes d'Acier, qui n'ont une nouvelle fois pas concédé de points. NBC nous propose une statistique incroyable à leur sujet : ils n'ont perdu qu'un match depuis 1988 quand ils menaient de 11 points ou plus (playoffs compris).

Neuvième pénalité pour un total de 91 yards contre Arizona. Warner qui venait de compléter pour le first down, voit l'action annulée par un holding. La série s'achève sur un punt...manqué. Les Steelers vont débuter sur leurs 45 yards.

Après une nouvelle pénalité, la défense durcit le jeu et oblige Pittsburgh à punter. Beau et indispensable stop des Oiseaux.
L'attaque accélérée menée par Warner fait des merveilles et la carte Fitzgerald est enfin abattue. 1ère-et-goal.

Fitzgerald Showtime !

Le programme du Super Bowl XLIII
Le programme du Super Bowl XLIII
Sur le 3ème down, Warner lance une passe lobée dans l'angle de la end zoneEnd Zone
Zone d'en-but de 10 yards située de chaque côté du terrain.
qui permet à Fizgerald de montrer son immense détente. Encore une superbe réception, soit près de 460 yards sur ces playoffs, record NFL. 20-14. Il reste 7'35 à jouer et tout est possible désormais pour les Cardinals.

Dockett, le DT, aligne un troisième jeu quasiment consécutivement après un plaquage pour perte de terrain, il sacke deux fois Big Ben. Nouveau stop des Cards. Il reste un peu plus de 5'30 et Warner revient sur le turf.

C'est au tour des Steelers d'être fébrile et qui commette une faute personnel (15 yards). Les Cardinals sont déjà au milieu du terrain. Après un bon gain à la passe de Breaston, la ligne offensive commet un nouveau holding.
3ème-et-20 à jouer, mais sous la pression Warner lance une passe incomplète.
Enorme punt des Cardinals qui met les Steelers sur sa propre ligne de 1 yard. Il reste 3'26.
Incroyable. Big Ben complète sur 3ème et 10 sur Santonio Holmes pour le gain potentiel du match. Mais un holding dans la zone d'en-but annule action et donne un safetySafety
Signifie deux choses différentes : 1) c'est le plaquage du porteur du ballon dans sa propre zone d'en-but. Cela rapporte 2 points à l'équipe qui l'effectue et elle récupère la possession du ballon. L'équipe victime du safety va alors dégager depuis ses 20 yards au moyen d'un botté façon "punt". 2) c'est un poste en défense. Le safety est en quelque sorte le dernier rempart. Par analogie avec le football "européen", on le qualifie de "libéro".
à la défense : 20-16.

Ce n'est pas forcément une mauvaise opération pour les Steelers qui ont toujours 4 points d'avance. Il faut donc un TD aux Cards pour gagner et ils partent de leur 35 yards avec 2'50 à l'horloge.

Le Super Bowl XLIII est aussi incroyable que son ainé. 2ème down, Warner se connecte avec Fitzgerald en plein coeur de la défense de zone, qui s'échappe sur 65 yards et le touchdown ! 20-23. 7ème TD en playoffs pour Fitz, record NFL.

Mais rien n'est perdu pour les Steelers. Il leur reste 2 temps morts, le two-minute warning et un simple field goal enverrait tout ce beau monde en prolongation.

Les Steelers commencent la série comme ils avaient terminé la précédente : par un holding.
Two-minute warning. Big Ben fait face à une 3ème-et-6, passe pour Holmes, first down.
Nouveau first down sur le jeu suivant. La balle au milieu du terrain avec 1 minute à jouer. Pittsburgh qui prend son 2ème temps-mort.
Passe de Roethlisberger pour Holmes qui gagne 45 yards ! Il reste 49 secondes et les Steelers jouent un 1ère et goal.
Sauf catastrophe le match ira au pire en prolongation.
Fade pass de Big Ben pour Holmes, incomplète.
2ème : Même action de l'autre côté, Holmes se détend et maintient magistralement les deux pieds dans la end zone : TOUCHDOWN !!!

Le jeune QB réalise son 19ème comeback en carrière, surement le plus beau : 27-23.
L'extra point réussit, oblige les Cardinals a marqué un TD en 35 secondes. Ils leur restent 2 temps-morts.
78 yards à couvrir en 29 secondes.
Passe complétée pour Fitzgerald. Temps-mort Arizona.
Nouveau first down et dernier temps-mort consommé par les Cards. 15 secondes à l'horloge.
Dernier action, Warner est pris au moment de passer. Fumble provoqué par Woodley, recouvert par Kiesel pour Pittsburgh. GAME OVER.

Voir toutes les infos de ce match (articles, statistiques, play-by-play...)

  1 2 3 4 OT Final
Arizona 0 7 0 16 0 23
Pittsburgh 3 14 3 7 0 27
... chargement de la zone de commentaire ...

 Hier, j'étais un quarterback noir qui se trouvait être un bon quaterback. Aujourd'hui, je suis un bon quarterback qui se trouve être noir.  – Doug Williams, QB des Redskins, le lendemain de sa victoire lors du Super Bowl XXII.

En VO :  Yesterday, I was a black quarterback who happens to be good. Today, I'm a good quarterback who happens to be black. 

Suggérer une citation réelle ou fictive pour 10 Bzh !