Carolina, douze ans aprèsDeuxième apparition au Super Bowl pour les Panthers

Voir toutes les infos de ce match (articles, statistiques, play-by-play...)

DeShaun Foster avait mené la vie dure aux Pats en 2003.
DeShaun Foster avait mené la vie dure aux Pats en 2003. (Brian Bahr, Getty Images)
le 03/02/2016 à 18:33 par Grégory Richard

Si Denver est un habitué de la grande finale des playoffs, avec 8 Super Bowls joués pour 2 gagnés, les Carolina Panthers sont un peu plus novices en la matière. Créée en 1995, la franchise de Charlotte disputera tout de même la deuxième finale de son histoire, douze ans après une défaite crève-coeur face aux New England Patriots.

Le nouveau taulier de la NFC Sud. Déjà triple tenant du titre dans la division, Carolina est désormais la seule équipe du lot à avoir atteint deux fois le Super Bowl dans son histoire. Pas mal pour une franchise qui n'existe que depuis vingt ans. A l'orée du match de dimanche, face aux Denver Broncos, les Panthers espèrent cependant une issue différente de celle qui avait scellé leur premier passage en finale, il y a douze ans.

Nous sommes alors le 1er février 2004, au Reliant Stadium de Houston, pour le Super Bowl 38. A cette occasion, les Carolina Panthers sont opposés à l'ogre New England, déjà vainqueur surprise du graal deux ans plus tôt, contre les Rams. Nouvellement coachés par John Fox, les coéquipiers de Steve Smith Sr. (alors joueur de troisième année) reviennent de très loin.

Deux ans plus tôt, les Félins avaient terminé la saison avec un cinglant 1-15, deuxième plus mauvais bilan de la ligue. Mais sous la houlette de leur nouvel entraîneur et de pépites universitaires (Julius Peppers, Jordan Gross, pour ne citer qu'eux), Charlotte se remet rapidement dans le bain. La première saison de Fox se termine par un bilan de 7 victoires pour 9 défaites. La saison suivante marquera une nouvelle progression, malgré des débuts on ne peut plus poussifs.

Sur le premier match de saison régulière, les Panthers sont d'ailleurs bousculés par Jacksonville à la maison. Le quarterbackQuarterback
c'est le stratège de l'équipe. Il décide des tactiques avec ses coachs. Il est chargé de transmettre la balle à ses coureurs et de distiller les passes à ses receveurs.
de l'époque, Rodney Peete, ne répond pas aux attentes, et sera finalement remplacé par un ancien backup des Saints, un certain Jake Delhomme. Dominés 17-0 par les Floridiens, les locaux s'imposent au finish 24-23. Les fins de match haletantes deviendront vite la marque de fabrique de ceux qu'on appellera bientôt les "Cardiac Cats".

Malgré 12 des 16 matches se terminant à moins de sept points d'écart, Carolina boucle sa saison régulière avec une fiche de 11-5, un deuxième titre de division dans son histoire, et la troisième place de la conférence NFC. S'en suivent un large succès face aux Cowboys, un exploit à St. Louis après une double prolongation, et un nouveau coup de force chez les Eagles pour décrocher un ticket pour la 38e édition du Super Bowl.

Un sacré caractère

Forcément outsiders sur le papier, les Panthers apparaissent même comme des faire-valoirs aux yeux des observateurs de la ligue. Pourtant, face aux Pats, les pensionnaires de NFC Sud font faire mieux que se défendre.

Carolina répond d'abord au défi physique des joueurs de Foxborough, et font preuve d'une assise défensive de premier plan. Résultat des courses : bien que dominés, les Panthers tiennent le 0-0 pendant plus de 25 minutes, poussant même le kicker adverse Adam Vinatieri à deux field goalsField Goal (FG)
coup de pied à 3 points effectué le plus souvent en 4ème tentative quand l'attaque a été bloquée. Il est joué depuis l'endroit où la dernière action c'est achevée. En cas de réussite c'est 3 points et engagement. En cas d'échec, la possession change de camp mais il y a deux possibilités : avant le snapSnap
signal de départ de l'action, quand le centre transmet la balle au QB.
, la balle était à l'intérieur des 20 yards, on replacera alors la balle sur la ligne des 20 yards ou elle était placée au-delà des 20 yards, on la replacera au même endroit.
manqués, dont un bloqué par l'escouade de Charlotte.

Après le touchdownTouchdown (TD)
c'est l'essai qui vaut 6 points et qui peut être transformé au choix à 1 ou 2 points. Il suffit que le ballon pénètre dans la endzone. (pas besoin d'aplatir)
de Deion Branch, pour la Nouvelle-Angleterre, les partenaires du coureur Stephen Davis font à nouveau preuve de répondant, inscrivant des points après chaque série efficace des Patriots. Une partie de ping-pong qui voit New England ne mener que 14-10 à la pause.

La physionomie de la seconde période sera globalement la même qu'en première. Après un troisième quart-temps sans aucun point, New England reprend les devants à 21-10 en début de quart. Les joueurs de John Fox répondront avec trois touchés, dont deux non convertis à deux points, pour recoller à 29-29 à une minute de la fin.

Une dernière ligne droite complétement folle qui accouchera d'un dernier acte dramatique. Celui dont John Kasay, kicker des Panthers, sera le protagoniste malheureux. Souhaitant éviter un retour dangereux des Patriots, le numéro 4 tente un coup de pied excentré ... qui sortira directement hors des limites du terrain.

Conséquence : Tom Brady récupère le cuir sur ses 40 yards pour progresser suffisamment et placer les Pats en excellente position pour un coup de pied à 3 points. Malgré ses deux premiers échecs de la soirée, Adam Vinatieri ne se fera pas prier pour punir Carolina, 32 à 29. Et tant pis pour Jake Delhomme, auteur de 323 yards et 3 touchdowns à la passe sur la rencontre. Tant pis pour Dan Morgan, le linebackerLinebacker (LB)
joueur de la défense polyvalent qui constitue le 2ème rideau défensive.
star auteur du plus grand nombre de plaquages dans un Super Bowl (25).

Fort heureusement pour les Panthers, aucun joueur de l'époque ne figure sur le roster actuel de la franchise. Le dernier "survivant" Steve Smith Sr. a plié bagage en 2014. Le traumatisme est donc bien différent de celui qu'ont vécu les Broncos, il y a deux ans, contre Seattle. Reste une autre différence notable par rapport à l'épopée 2003 : cette fois-ci, les Panthers seront favoris de la finale !

Voir toutes les infos de ce match (articles, statistiques, play-by-play...)

  1 2 3 4 OT Final
Denver 10 3 3 8 0 24
Carolina 0 7 0 3 0 10
... chargement de la zone de commentaire ...

 Je ne vois pas de différence entre ce qu'il fait et ce qu'il est. C'est une façon artistique de jouer en ligne offensive. Il fait paraître la tâche facile.  – DeDe Muñoz à propos de son mari Anthony

En VO :  I don't see any contrast between what he does and the way he is. It's an artistic way of playing the offensive line. He makes it look easy. 

Citation réelle proposée par Libs91 pour 10 Bzh. Suggérer une citation réelle ou fictive pour 10 Bzh !