Playoffs Zone 2016 : toute l'info Playoffs NFL

Comment sont-ils arrivés là ?Atlanta Falcons

Voir toutes les infos de ce match (articles, statistiques, play-by-play...)

Atlanta a souvent atteint l'en-but adverse cette année.
Atlanta a souvent atteint l'en-but adverse cette année. (Sky Sports)
le 01/02/2017 à 14:57 par Grégory Richard

Après trois saisons de suite sans un bilan positif, les Atlanta Falcons sont de retour au premier rang de la NFL. En 2016, les joueurs de Dan Quinn ont conservé une régularité qui leur avait fait défaut l'an passé, grâce à l'attaque la plus explosive de la ligue et une défense jeune mais en constante progression. Retour sur le parcours géorgien cette année ...

Départ en trombe

Malgré une fiche de 8-8 en 2015, Atlanta n'a pas tout bouleversé pendant l'intersaison. En attaque, les seuls Alex Mack (centre, Cleveland Browns) et Mohamed Sanu (receveur, Cincinnati Bengals) viennent sensiblement renforcer l'escouade, la défense étant composée de très jeunes joueurs issus de la draft. Les automatismes sont tout de même à trouver, comme l'indique la première rencontre de la saison, au Georgia Dome, contre les Tampa Bay Buccaneers.

Assez largement dominés, Atlanta laisse Jameis Winston performer, avec quatre touchdownsTouchdown (TD)
c'est l'essai qui vaut 6 points et qui peut être transformé au choix à 1 ou 2 points. Il suffit que le ballon pénètre dans la endzone. (pas besoin d'aplatir)
à la passe, et voit son jeu au sol totalement impuissant (52 yards en 22 portés). De quoi semer un peu le doute chez une équipe qui s'incline 24-31 face à un rival de division.

Mais les Falcons montrent de premières ressources le week-end suivant, en Californie. Face à des Raiders survoltés après une victoire sur le fil à New Orleans, les joueurs de Dan Quinn font mieux que résister, derrière un match à près de 400 yards pour Matt Ryan. Le run stop se montre aussi efficace et parvient à faire oublier l'absence du premier tour de draft 2016, le safetySafety
Signifie deux choses différentes :

  1. c'est le plaquage du porteur du ballon dans sa propre zone d'en-but. Cela rapporte 2 points à l'équipe qui l'effectue et elle récupère la possession du ballon. L'équipe victime du safety va alors dégager depuis ses 20 yards au moyen d'un botté façon puntPunt
    action utilisée en 4ème tentative et x yards à parcourir. Plutôt que de tenter les x yards, l'attaque choisit de botter le plus loin possible pour faire reculer son adversaire.
    .
  2. c'est un poste en défense. Le safety est en quelque sorte le dernier rempart. Il tient en quelque sorte le rôle d'un libéro en football européen.
Keanu Neal. Plus convaincants, les pensionnaires d'NFC Sud l'emportent 35-28 et lancent clairement leur exercice.

Doucement, l'attaque élève de plus en plus son niveau de jeu, et fait plier en troisième semaine des Saints toujours aussi exposés contre la passe. Le linebackerLinebacker (LB)
joueur de la défense polyvalent qui constitue le 2ème rideau défensive.
rookie Deion Jones se permet même d'aller inscrire un pick-6 sur ses terres, lui le natif de Louisiane, pour tuer tout suspense. Les Panthers se feront pas mieux, en dépit de leur statut de finaliste du dernier Super Bowl. Avec 48 points concédés, Carolina subit la foudre Julio Jones, avec 300 yards et un touchdown du numéro 11 sur la partie.

Le déplacement à Denver, champion en titre, est sérieusement redouté. L'attaque est en pleine forme mais se frotte à l'impressionnante défense dirigée par Wade Phillips et emmenée par Von Miller. Certes, l'offense Falcon sera un peu plus ralentie, mais avec un duo Devonta Freeman-Tevin Coleman redoutable en sortie de backfield, les Broncos posent un genou au sol et s'inclinent à domicile (16-23).

Cardiac Birds

Avec un bilan de 4-1 en saison régulière, Atlanta prend les devants dans la NFC Sud, d'autant que ses adversaires directs patinent quelque peu. Problème : une nouvelle visite périlleuse (et bruyante) les attend du côté de Seattle, pour les retrouvailles de Dan Quinn avec l'état du Washington.

Menés assez largement en début de partie, les Falcons infligent un 21-0 à leur hôte pour repasser devant 17-24. Cela n'empêchera pas les Seahawks de reprendre les commandes dans les dernières secondes. Condamné à un come-back pour réaliser l'exploit au Century Link Field, Matt Ryan voit sa 4e tentative et longue relâchée par Julio Jones, non sans un léger contact litigieux avec Richard Sherman.

Qu'à cela ne tienne, les Géorgiens tentent de se reprendre fin octobre contre San Diego. A la maison, Atlanta recolle un 21-0 à son adversaire pour mener 27-17 à la pause. Mais la machine se grippe, après la blessure de Tevin Coleman. Trop conservatrice, l'attaque n'avance plus et la défense reste aux abois. Les Chargers en profitent pour arracher la prolongation et décrocher la victoire sur un pari perdu par Dan Quinn sur une 4e et courte.

La semaine suivante, Atlanta doit encore disputer un match au bout du suspense. Face aux Packers, Atlanta se lance dans une partie de ping-pong, avec six changements de leader. Le dernier sera le bon pour les locaux, qui punissent Green Bay avec une réception spectaculaire de Mohamed Sanu.

Deux déplacements attendent les Falcons avant la bye weekBye week
journée de repos en NFL, soit celle forcée pendant la saison régulière, soit celle obtenue en se qualifiant directement pour le deuxième tour des playoffs.
placée très tardivement : à Tampa Bay et à Philadelphie. La première rencontre permet aux Dirty Birds de prendre leur revanche sur le match aller. Contre des Bucs trop inconstants, Matt Ryan frôle les 350 yards et délivre 4 touchdowns pour scorer 43 points et valider le succès des siens. La défense sera moins clémente la semaine suivante en Pennsylvanie. Avec une ligne offensive mise sur le reculoir, Matt Ryan est à la peine, de même que son backfield offensif. Malgré une dernière possession pour l'emporter, Atlanta concède un turnover on downs et s'incline 24-15.

La parole est à la défense

Six matches sont au programme d'avantage, après la bye week, dont quatre contre des équipes avec une fiche négative. Une aubaine pour Atlanta qui capitalise sur sa fiche de 6-4 pour tenter de remporter officiellement la division. La première marche contre Arizona ne souffre d'aucune contestation. Derrière la nouvelle recrue Taylor Gabriel, transfuge de Cleveland, les Falcons font sauter le verrou de Glendale, et s'impose 38-19 dans leur Dôme.

Même la défaite la semaine suivante contre Kansas City est à relativiser. Certes, les Oiseaux inquiètent en étant dominés outrageusement en début de match et en concédant des touchdowns grossiers, comme ce fakeFake
feinte. On parle de fake punt ou fake field goalField Goal (FG)
coup de pied à 3 points effectué le plus souvent en 4ème tentative quand l'attaque a été bloquée. Il est joué depuis l'endroit où la dernière action c'est achevée. En cas de réussite c'est 3 points et engagement. En cas d'échec, la possession change de camp mais il y a deux possibilités : avant le snapSnap
signal de départ de l'action, quand le centre transmet la balle au QB.
, la balle était à l'intérieur des 20 yards, on replacera alors la balle sur la ligne des 20 yards ou elle était placée au-delà des 20 yards, on la replacera au même endroit.
. Tactique qui consiste à feinter la défense en lui faisant croire que l'on va effectuer un punt ou un FG. En fait on joue une action normale.
punt conclu par Albert Wilson plein centre. Mais Atlanta recolle et passe même devant dans les dernières secondes. Ce n'est qu'un excès de gourmandise qui leur coûtera la victoire, sur une interceptionInterception
passe du QBQuarterback
c'est le stratège de l'équipe. Il décide des tactiques avec ses coachs. Il est chargé de transmettre la balle à ses coureurs et de distiller les passes à ses receveurs.
rattrapée par un défenseur (un adversaire).
fatale du safety Eric Berry.

La frustration est là, mais elle se servira à se venger sur d'autres équipes. Avec 38 points de moyenne sur les quatre derniers matches, Atlanta reste irrésistible offensivement et montre même de meilleures choses en défense. Certes, Los Angeles, San Francisco, Carolina et New Orleans ne sont pas les plus réguliers en attaque, mais une vingtaine de points concédés, l'escouade du coordinateur Richard Smith fait les jeux clés quand il s'agit de mettre le couvercle. Quand Vic Beasley réalise un récital chez les Rams, Brian Poole intercepte Cam Newton à Charlotte pour mettre son équipe dans le bon rythme. Tous ces ingrédients donnent logiquement le titre NFC Sud aux Falcons et la deuxième place de la conférence nationale, les Seahawks tombant à domicile face à Arizona.

Savoir retrouver la ligne

Suffisant pour faire sa place en playoffs ? Et comment ... Derrière une ligne offensive impeccable et un système de jeu hyper aéré, Matt Ryan découpe une défense des Seahawks orpheline d'Earl Thomas. Face à son ancien mentor Pete Carroll, Dan Quinn jubile et fonce en finale NFC, sur une victoire 36-20.

Contre des Packers en plein boom, la deuxième marche sera encore plus simple pour les Géorgiens. Contre une défense hyper naïve, Julio Jones s'amuse avec un orteil blessé. Personne ne peut le stopper, avec deux touchdowns à son actif en fin de première mi-temps et en début de deuxième. Avec 31-0 au tableau d'affichage, les carottes sont déjà cuites pour des Cheeseheads qui changeront même de quarterback avant la fin de rencontre.

La saison n'a pas été toujours rose pour les Falcons. Mais les ingrédients nécessaires ont peu à peu été réunis. Meilleure attaque de la ligue en termes de points, meilleur pass rusher, avec 15 sacksSack
plaquage du QB dernière la ligne de scrimmage (perte de terrain).
et demi pour Vic Beasley, Atlanta a fait jouer une cohésion collective et une grosse envie dans les duels de division pour remporter la conférence nationale.

Si l'équipe reste très jeune, notamment en défense, Atlanta n'a jamais vraiment été malmené cette saison, exception faite du match d'ouverture contre Tampa. Très souvent, dans les moments difficiles, le jeu au sol a déçu. Un facteur clé donc à la veille du Super Bowl ? A voir ...

Voir toutes les infos de ce match (articles, statistiques, play-by-play...)

  1 2 3 4 OT Final
Atlanta 0 21 7 0 0 28
New England 0 3 6 19 6 34
... chargement de la zone de commentaire ...

 Rappelez vous qu'il faut 9 mois à une femme pour faire un bébé, peu importe le nombre d'hommes que vous y mettez au travail.  – Lou Holtz, coach, Notre Dame

En VO :  Remember, it takes a woman nine months to have a baby, no matter how many men you put on the job. 

Citation décalée proposée par micky pour 10 Bzh. Suggérer une citation réelle ou fictive pour 10 Bzh !