La Super Bowl Opening Night de l'intérieurUne expérience unique

Voir toutes les infos de ce match (articles, statistiques, play-by-play...)

Peyton Manning répond à Marshall Faulk
Peyton Manning répond à Marshall Faulk
le 02/02/2016 à 19:55 par Pierre-François Flores

Hier soir et à 5 jours du match, les deux équipes finalistes participaient à la Super Bowl Opening Night depuis le SAP CenterCenter (C)
c'est le joueur de la ligne offensive qui transmet le ballon entre ses jambes au QBQuarterback
c'est le stratège de l'équipe. Il décide des tactiques avec ses coachs. Il est chargé de transmettre la balle à ses coureurs et de distiller les passes à ses receveurs.
lors du snapSnap
signal de départ de l'action, quand le centre transmet la balle au QB.
.
de San José, enceinte de l'équipe NHL des Sharks. Au programme, 60 minutes d'interview pour les Denver Broncos puis les Carolina Panthers. Evidemment, les deux joueurs les plus attendus étaient sans surprise Peyton Manning et Cam Newton. FA.com y était et autant vous dire tout de suite, je n'ai pas boudé mon plaisir.

Cette soirée remplaçait le Media Day pour offrir plus de visibilité à l'évènement. Il a donc était déplacé du mardi matin au lundi soir avec comme premier effet d'être à guichet fermé.
Plutôt que vous proposer exhaustivement ce qui a été dit par les joueurs et les coachs, j'ai décidé de vous faire vivre l'évènement de l'intérieur.

Une organisation millimétrée

Le départ du Moscone Center de San Francisco est prévue pour 14h30. Des bénévoles nous tendent une boite de cookies haut de gamme et une bouteille d'eau. Les bus sont bien entendus plein et je me retrouve à côté de Osi Umenyiora, deux fois vainqueurs du Big Game avec les Giants.
Le convoi est escorté par plusieurs motards qui nous ouvrent la route provoquant au passage de sacrés bouchons. A la vue du convoi, les passants s'arrêtent et prennent des photos, ce qui n'est pas sans me faire rire.

Superbe mise en scène !
Superbe mise en scène !

Après une heure de route, nous arrivons à l'entrée du SAP Center où nous devons nous soumettre à un contrôle de sécurité féroce. En plus des traditionnels portiques de sécurité, un chien renifleur inspecte chaque sac.
Ca y est, je suis dedans. La taille de la salle impressionne, la mise en scène avec ce Golden Gate en or aussi. Immédiatement, je me dirige vers le podium n°6 qui doit accueillir dans 90 minutes Peyton Manning. Je rejoins une demi douzaine de caméramans et de photographes. Je comprends très vite que si je bouge, je perds ma place. Alors je tiens bon au milieu des TV (Fox, NBC) avec mon Iphone 6 Plus posé sur un stick, ce qui ne manque pas de m'amuser et de me dire qu'en France, on m'aurait surement demandé de dégager. 90 minutes, c'est long mais j'ai fait 9000km pour être là, je peux bien poireauter un peu non ?

17h05 : Les Broncos arrivent

Les joueurs et coach qui vont prendre position sur les 11 podiums sont annoncés puis toute l'équipe les rejoins. Au n°6, Manning est accueilli par Marshall Faulk pour NFL Network. Le QB qui jouera son 4ème Super Bowl est très souriant et détendu. Il répète qu'il est honoré de faire parti de ce 50ème Super Bowl. Il ne veut pas faire de comparaison avec ses précédentes expériences et notamment pas avec l'équipe de John Fox en 2013. Manning a aussi rendu hommage à sa défense, à Brock Osweiler pour son intérim de 6 matchs et pense que ses deux meilleures armes en attaque sont Von Miller ou Chris Harris (des défenseurs !).

Je passe en revue les joueurs et sans surprise Aqib Talib est le plus fun. Quoi Cold ? dit-il à la question Connaissez-vous Cold Play ?(les stars du show de la mi-temps). Puis je fais le tour des joueurs dispersés et me sens ridiculement gringalet au milieu des linemenLinemen
littéralement, les hommes de la ligne (de scrimmage). Il y a les linemen offensifs et les défensifs. Ils s'opposent dès le snap donné.
.
La session des Broncos prend fin et avant que celle des Panthers commencent, nous sommes nombreux à faire un tour à la "cantine" où sont proposés des wings, des pizzas, des saucisses, des omelettes... une salade (quand même) sans oublier les plateaux de cookies et les sodas à volonté. J'engloutis ma pizza en quelques minutes à côté d'un Trent Dilfer en pleine discussion avec un journaliste. L'ex QB des Ravens porte fièrement sa bague de champion sur Super Bowl XXXV.

18h50 : Place aux Panthers

Josh Norman
Josh Norman
Cam Newton
Cam Newton
D'emblée, le CB Josh Norman ne passe pas inaperçu avec un masque de catcheur aux couleurs des Panthers. Mais c'est évidemment Cam Newton le plus attendu. Inutile de vous dire que j'ai perdu ma place devant le podium n°6 qu'il occupe désormais. Le futur MVP est toujours aussi souriant et sympa. Je vous passe les compliments sur ses coéquipiers et son équipe inévitablement dithyrambiques. A la question : Quel est votre souvenir du Super Bowl quand vous étiez enfant ? Il répond qu'il se souvient de l'hélicoptère de John Elway, une de ses idoles, lors du Super Bowl XXXII et qu'il avait essayé de faire la même chose le lendemain. Pas vraiment étonnant le connaissant.

Une population de journalistes plutôt variée

Miss Univers... aime le Super Bowl ?
Miss Univers... aime le Super Bowl ?
Comme pour les Broncos, je vais de podium en podium avant de rejoindre le reste des joueurs au centre de l'arène. Des journalistes du monde entier sont présents dont certains déguisés comme ceux d'Azteca TV. Sans surprise, les TV abattent leurs atouts charme pour réaliser les interviews. Ainsi, les talons aiguilles de 15cm et les robes de soirée ne sont pas rares. Je croise même Miss Univers, sollicitée par des dizaines de journalistes pour un selfie.

La session des Panthers touche à sa fin quand je rejoins le premier bus qui nous ramènera à Downtown. La journée a été longue et fatigante, mais qu'elle fut belle. Je ne sais pas si vous avez déjà vu la tête d'un enfant de 4 ans qui tombe sur Winnie l'Ourson à Disneyland ? Et bien hier, j'étais un peu redevenu ce gamin au milieu toutes ses idoles. Mais ce qui me rassure, c'est que j'étais loin d'être le seul.

Deion
Deion "Primetime" Sanders et Terrell Davis

Voir toutes les infos de ce match (articles, statistiques, play-by-play...)

  1 2 3 4 OT Final
Denver 10 3 3 8 0 24
Carolina 0 7 0 3 0 10
... chargement de la zone de commentaire ...

 Il était si dur de travailler pour Lombardi que gagner les matchs était facile.  – Willie Davis, Packers lineman

En VO :  Vince Lombardi was so tough to work for that winning was the easy way out. 

Citation décalée proposée par micky pour 10 Bzh. Suggérer une citation réelle ou fictive pour 10 Bzh !