Playoffs Zone 2016 : toute l'info Playoffs NFL

Pourquoi Joe Montana demeure le roi du Super Bowl !

Voir toutes les infos de ce match (articles, statistiques, play-by-play...)

Joe Montana 4 titres, Tom Brady 5 (montage)
Joe Montana 4 titres, Tom Brady 5 (montage)
le 08/02/2017 à 19:24 par Pierre-François Flores

Quelques jours après ce fantastique Super Bowl LI, les médias US, français, beaucoup de fans et même Terry Bradshaw sur le podium l'ont déclaré : le plus grand QBQuarterback
c'est le stratège de l'équipe. Il décide des tactiques avec ses coachs. Il est chargé de transmettre la balle à ses coureurs et de distiller les passes à ses receveurs.
de tous les temps est Tom Brady
. Pour moi qui ai grandi avec Joe Montana j'ai trouvé la sortie du "grand Bradshaw" choquante, même si le Monde et les médias ont besoin de nouveaux héros. Après tout, que représente aujourd'hui un joueur qui a gagné son dernier titre il y a 27 ans ?
J'ai voulu démontrer que cette affirmation était un peu rapide et méritait une analyse un peu plus poussée. Si vous allez au bout de ce billet (qui en fera hurler quelques-uns) vous comprendrez pourquoi je pense que Joe Montana incarne encore la perfection du Big Game.

Avec 5 bagues de champions (une à chaque doigt s'il vous plait !), Tom Brady est définitivement entré dans la légende de son sport. Rendez-vous compte, en 50 ans, ils ne sont que deux à avoir réussi pareil exploit (Charles Haley, Super Bowls 23 24 27 28 30) et il est l'unique joueur évoluant au poste le plus exigeant du football américain. Si l'on considère qu'il y a eu du foot avant l'ère des Super Bowls (ce qui est mon cas), seul Bart Starr rivalise en palmarès avec 3 championnats NFL et les deux premiers Super Bowls sous les couleurs des Green Bay Packers.

Brady détient désormais à peu près tous les records de la finale que ce soit sur un match ou en carrière :

  • Participations au Super Bowl : 7
  • Super Bowls gagnés par un quarterback : 5
  • Passes tentées en carrière au Super Bowl : 309
  • Passes tentées sur un Super Bowl : 62
  • Passes réussies en carrière au Super Bowl : 207
  • Passes réussies sur un Super Bowl : 43
  • Yards à la passe en carrière au Super Bowl : 2 071
  • Yards à la passe sur un Super Bowl : 466
  • Touchdowns en carrière au Super Bowl : 15

 

Mais le plus impressionnant selon moi n'est pas tant ses statistiques que la physionomie des finales gagnées. Sous pression dans le Money Time, il a su élever son niveau de jeu pour mener son équipe à la victoire. Lors du Super Bowl XXXVI tout d'abord, alors que les Rams sont revenus à égalité, il orchestre un drive qui met en position Adam Vinatieri. Rebelote deux ans plus tard face aux Panthers lors du Super Bowl XXXVIII. Puis face aux Seahawks, alors que son équipe est menée de 10 points à l'entrée du dernier quart-temps, soit le plus gros déficit jamais remonté avant dimanche dernier, il réussit déjà un comeback (Super Bowl XLIX). Enfin, il y a le match historique du 5 février 2017 où il a transformé une déroute certaine en couronnement fantastique.

Tom Brady est le "G.O.A.T." donc ?

A la lecture de ce qui précède, cela semble sans équivoque. Tom Brady est le champion ultime des Super Bowls. Comme on peut le lire sur de nombreux sites et les réseaux sociaux : Fin des débats, Tom Brady est bien le G.O.A.T.(Greatest Of All Time).
Et bien justement non, le débat n'est pas clos. D'une manière générale les comparaisons intergénérationnelles ne sont pas ma tasse de thé et cette conclusion accrocheuse est un raccourci bien trop facile.

Une NFL véritable Pass Happy League

La NFL est devenue depuis 15 ans une Pass Happy League, c'est-à-dire un championnat mettant l'accent sur l'aspect le plus spectaculaire et télégénique de ce sport : la passe en avant. Pour y parvenir, les règles avantageant le jeu de passe ont été modifiées et créées afin de protéger au maximum les QB et les receveurs. Un exemple parmi d'autres : la Brady Rule interdit tout défenseur au sol d'attaquer les jambes du passeur. Mise en place en 2009, elle est la réponse donnée suite à la blessure au genou de Brady qui lui a coûté la saison 2008.

Dans les années 70, 80 et même 90, ces règles n'existaient pas ou étaient à minima moins exigeantes pour les défenses. Les chocs étaient rudes et les carrières souvent courtes. Le matériel était également moins performant et par conséquent moins protecteur. Difficile donc de comparer la production d'un QB en 2017 avec celle d'un QB en 1989.

Brady : des exploits mais aussi des erreurs

Les New England Patriots et Tom Brady sont une formidable machine à gagner. On pourrait même parler d'"industrie de la gagne" à l'image de leur propriétaire Robert Kraft, propriétaire de l'empire Kraft Group. Mais s'ils ont gagné 5 Super Bowls, ils en ont aussi perdu deux. Dans ces défaites, Brady n'a pas été très bon et en tout cas pas décisif face à la défense des New York Giants à chaque fois.

Des finales plus maitrisées du côté des 49ers '80

Toutes les finales des Patriots ont été serrées, qu'il s'agisse des victoires ou des défaites : quatre en 3 points, trois en 4 points et la dernière en 6 mais en overtime ! Les deux premiers succès ont été obtenus sur deux coups de pied de Vinatieri, probablement le botteur le plus décisif de l'histoire de la ligue. Il avait qui plus est manqué deux field goalsField Goal (FG)
coup de pied à 3 points effectué le plus souvent en 4ème tentative quand l'attaque a été bloquée. Il est joué depuis l'endroit où la dernière action c'est achevée. En cas de réussite c'est 3 points et engagement. En cas d'échec, la possession change de camp mais il y a deux possibilités : avant le snapSnap
signal de départ de l'action, quand le centre transmet la balle au QB.
, la balle était à l'intérieur des 20 yards, on replacera alors la balle sur la ligne des 20 yards ou elle était placée au-delà des 20 yards, on la replacera au même endroit.
contre les Panthers avant de passer celui de la victoire ; il faut des tripes !
Il aurait aussi fallu deux comebacks fantastiques pour venir à bout de leur adversaire lors des deux dernières finales.

Du côté des 49ers des années 80, sur les 4 finales gagnées, seul le Super Bowl XXIII a été serré. Les 3 autres matchs ont été dominés facilement par les Californiens. Dans la 23e finale, Joe Montana orchestre un drive de 92 yards en 11 jeux et 2:35, conclut par une passe de touchdownTouchdown (TD)
c'est l'essai qui vaut 6 points et qui peut être transformé au choix à 1 ou 2 points. Il suffit que le ballon pénètre dans la endzone. (pas besoin d'aplatir)
de 10 yards pour John Taylor. Cette série, qui n'est pas sans rappeler celle de 91 yards menée par Brady dimanche dernier, est à cette instant la plus marquante de l'histoire des Super Bowls.

Contrairement à ce que l'on peut croire, des statistiques à l'avantage de Montana

En 2015, après la 4e victoire des Patriots, nous avions publié un article comparant les 3 QBs à 4 bagues : Bradshaw, Montana et Brady. En actualisant les statistiques, nous obtenons donc :

Joe Montana

Super Bowlscorestatistiques
XVI49ers 26, Bengals 2114/22, 157 yards, 1 TD et 0 Int., rating 100, MVP
XIX49ers 38, Dolphins 1624/35, 331 yards, 3 TD et 0 Int., rating 127.2, MVP
XXIII49ers 20, Bengals 1623/36, 357 yards, 2 TD et 0 Int., rating 115.2
XXIV49ers 55, Broncos 1022/29, 297 yards, 5 TD et 0 Int., rating 147.6, MVP
 Total83/122, 1142 yards, 11 TD et 0 Int., rating 127.8

Tom Brady

Super Bowlscorestatistiques
XXXVIPatriots 20, St Louis Rams 1716/27, 145 yards, 1 TD et 0 Int., rating 86.2, MVP
XXXVIIIPatriots 32, Panthers 2932/48, 354 yards, 3 TD et 1 Int., rating 100.5, MVP
XXXIXPatriots 24, Eagles 2123/33, 236 yards, 2 TD et 0 Int., rating 110.2
XLIIGiants 17, Patriots 1429/48, 266 yards, 1 TD et 0 Int., rating 82.5
XLVIGiants 21, Patriots 1727/41, 276 yards, 2 TD et 1 Int., rating 91.1
XLIXPatriots 28, Seahawks 2437/50, 328 yards, 4 TD et 2 Int., rating 101.1, MVP
LIPatriots 34, Falcons 28 (OT)43/62, 466 yards, 2 TD et 1 Int., rating 95.2, MVP
 Total207/309, 2071 yards, 15 TD et 5 Int., rating 95.3

Evidemment, le nombre de participations au Big Game (7 en 16 saisons) fait que la quantité de passes tentées et réussies ainsi que les yards sont très à l'avantage du N°12. Ces statistiques permettent aussi de mesurer l'évolution de la ligue au bénéfice de la passe en une quinzaine de saisons. Quand Brady n'a lancé moins de 35 ballons qu'à 2 reprises, Montana n'a jamais tenté plus de 36 passes. Ramenons-les maintenant sur un match.

Statistiques moyennes sur un match

Joe MontanaTom Brady
20,75/30,5 soit 68%, 285,5 yards, 2,75 TD et 0 Int., rating 127.8  29,6/44,1, 295,9 yards soit 67,1%, 2,14 TD et 0,71 Int., rating 95.4

De toutes ces statistiques, quatre sont à l'avantage de Joe Cool : le pourcentage de passes complétées, les TD, les interceptions et bien entendu le QB rating. Si Montana a moins de touchdowns (15 vs 11), il n'a mis que 4 matchs à y parvenir avec notamment 5 lors de la destruction des Broncos. Brady n'a cassé ce record que lors du 4e QT de sa 6e finale. En ratio, cela fait 2,14 TDs par Super Bowl pour Brady et 2,75 pour Montana.
Au niveau des interceptions, il n'y a pas match. Joe Montana a réussi l'exploit de ne pas lancer la moindre interceptionInterception
passe du QB rattrapée par un défenseur (un adversaire).
en 16 quart-temps alors que Brady a été gobé à 5 reprises dont une fois pour un pick-6 contre les Falcons ; soit une moyenne de 0,71 Int par match.
Le QB rating est aussi largement à l'avantage de Montana et de loin. Il s'explique par un excellent pourcentage de réussite (68%) et un ratio de TDs sur passes tentées ahurissant avec 1/11 (1/20,6 pour Brady).
Enfin, la moyenne de yards lancés demeure à l'avantage de Brady mais pour 10,4 par match seulement.

Joe Montana et ses 4 bagues de champions
Joe Montana et ses 4 bagues de champions (Peter Read Miller, Getty Images)

 

Joe Montana ou Tom Brady, beaucoup choisiront certainement le quintuple champion, notamment chez les plus jeunes qui ont grandi avec leur idole. Mais je tenais à illustrer que malgré ce 5e sacre, Tom Brady n'a pas ringardisé Joe Montana bien au contraire. Les statistiques prouvent que le passeur des 49ers reste un modèle de perfection quand il s'agit du Super Bowl ; alors qu'il a évolué à une époque où la passe ne "surdominait" pas la ligue comme actuellement.

J'aurais pu aussi souligner que l'on est dans un sport collectif où tous les postes sont importants, notamment la défense quand il s'agit de gagner des titres ; ou encore des différences d'époques où les dynasties étaient favorisées avant l'apparition de la free agency et du salary cap en 1994. Tout ceci n'aurait que renforcé le fait qu'il est bien compliqué de comparer des périodes si éloignées.
Il y a toutefois un point qui fera consensus : Tom Brady est le meilleur quarterback de ce millénaire, et c'est un grand fan de Peyton Manning qui vous le dit.

Voir toutes les infos de ce match (articles, statistiques, play-by-play...)

  1 2 3 4 OT Final
Atlanta 0 21 7 0 0 28
New England 0 3 6 19 6 34
... chargement de la zone de commentaire ...

 La force est importante. Mais la première chose est de connaître votre adversaire. Si vous le connaissez lui et ce qu'il aime faire, et que vous essayez de l'en empêcher, de le forcer à tenter autre chose, alors vous avez déjà remporté la moitié de la bataille.  – Jonathan Ogden

En VO :  Strength is important. But the number one thing is knowing your opponent. If you know your opponent and what they like to do, and you try to take that away from them, force them to another move, then that's half the battle right there. 

Citation réelle proposée par Libs91 pour 10 Bzh. Suggérer une citation réelle ou fictive pour 10 Bzh !