Samba Sylla : "Mentalement je suis prêt"Linebacker Junior

Samba Sylla
Samba Sylla (Thomas Depaepe)
le 09/04/2013 à 23:20 par Thomas Depaepe

Afin de poursuivre notre découverte des visages qui composeront peut être l’Equipe de France Junior qui ira chercher le titre continental cet été, nous avons tendu notre micro au linebackerLinebacker (LB)
joueur de la défense polyvalent qui constitue le 2ème rideau défensive.
Samba Sylla.

 

Le coach des Junior Olivier Moret espérait une solide opposition lors du match contre la sélection américaine la semaine dernière, cette opposition forte vous l’avez connu… cela était-il important pour se préparer ?

Oui c’était important afin de pouvoir jauger de notre niveau collectif et individuel. Personnellement je n’ai pas fait de coupe d’Europe ou de Coupe du Monde, donc je souhaitais avoir un point de référence pour savoir ou me situer sur un plan international et la différence par rapport au niveau national. En effet, le niveau national je connais assez bien avec mon club du Flash et nous avons été Champion de France l’an dernier… mais le niveau international c’est différent et supérieur à l’opposition que l’on a en France. Ceci dit ce n’est pas non plus hors de portée pour nous.

 

La défense tricolore a plutôt bien tenue avec des turnovers nombreux. Qu’est-ce qui a manqué pour que l’équipe puisse accrocher les américains ?

Mon avis sur le match et en général c’est qu’une équipe c’est un tout : une défense peut tenir mais si l’attaque ne performe pas c’est impossible de l’emporter ; on souhaitait que l’attaque nous vende du rêve sur le match, mais cela a été compliqué pour eux et  pour nous en défense cela a été difficile car on a passé pas mal de temps sur le terrain. En plus, le coach a logiquement fait beaucoup tourner l’effectif pour voir le niveau de chacun donc il n’était pas toujours évident de tenir dans la durée… mais mon analyse reste quand même que l’on a fait un bon match collectivement.

 

Comment as-tu trouvé l’ambiance dans l’équipe ?

A part lors du Junior Bowl, je n’avais jamais eu l’occasion de jouer avec des joueurs d’autres clubs et donc ce match et les stages ont été important pour moi car ils m’ont prouvé que je pouvais jouer à côté de joueurs d’autres horizons : j’ai côtoyé des Météores, des Spartiates… et j’ai apprécié de jouer avec eux sur le terrain. Dés lors, je trouve que défensivement l’ambiance est bonne : on communique, on se soutien au point que l’on a l’impression que cela fait 15 ans que l’on joue ensemble.

 

Le fait d’être 3 joueurs du Flash en défense, cela est un avantage de vivre cette aventure en commun ?

Oui c’est clairement un avantage à mon sens car on se connait depuis plusieurs années, on partage des moments importants et on vit cette expérience ensemble ce qui nous soude sur et en dehors du terrain. Vivre une telle aventure ensemble cela la rend encore plus importante… mais s’il y avait encore plus de Flash dans l’équipe ce ne serait pas pour me déplaire car forcément on a des automatismes entre nous quand on joue dans le même club.

Samba Sylla
Samba Sylla (Thomas Depaepe)

 

Au niveau personnel, tu vise d’être titulaire en tant que Linebacker ?

Oui c’est mon objectif pour le championnat d’Europe. L’an dernier je n’ai pas été retenu pour participer à la Coupe du Monde, donc j’ai travaillé comme un fou depuis et maintenant je suis confiant sur le fait que le travail va payer. Bien que je ne sois pas en Pôle, je suis pratiquement tous les jours à la musculation avec Laurent Marceline qui nous accompagne et qui est aussi entraineur en équipe de France, en plus on passe 4 jours minimum sur le terrain avec un encadrement de qualité. Je suis là tout le temps pour m’entrainer, je ne laisse passer aucune occasion de progresser car il y a toujours quelque chose à faire. Tout ce travail j’ai pu l’accomplir grâce au soutien des entraineurs du club comme Nicholas Simoneau ou Samyr Hamoudi qui ont su me soutenir et m’appuyer dans mes démarches a chaque fois que j’avais besoin d’eux… le travail paye j’en suis certain.

 

Le championnat d’Europe on y pense déjà dans un coin de sa tête ou pas encore ?

Ce n’est pas trop tôt pour y penser et cela reste tout le temps dans un coin de ma tête ; cela approche très vite et comme l’a dit le coach Olivier Moret il n’y aura pas de places pour les retardataires. Mentalement je suis prêt.

... chargement de la zone de commentaire ...

 Si ma mère portait un casque et des épaulières et un uniforme qui ne seraient pas les mêmes que ceux que je porte, je l'écraserais si elle était sur mon chemin. Et j'aime ma mère.  – Bo Jackson

En VO :  If my mother put on a helmet and shoulder pads and a uniform that wasn't the same as the one I was wearing, I'd run over her if she was in my way. And I love my mother. 

Suggérer une citation réelle ou fictive pour 10 Bzh !