Playoffs Zone 2016 : toute l'info Playoffs NFL

QB chez les Jets : la traversée du désertFootball Roadtrip Saison 8 Episode 6

Voir toutes les infos de ce match (articles, statistiques, play-by-play...)

Smith et Fitzpatrick
Smith et Fitzpatrick
le 13/11/2016 à 04:38 par Thomas Savoja

EAST RUTHERFORD, NJ - Les journées filent à une vitesse incroyable et je n'ai même plus le temps de trier mes photos. Après une superbe journée de samedi passée à Annapolis pour voir Navy, me voici arrivé dans le New Jersey en provenance directe de Philadelphie. Je m’installe à quelques kilomètres du Metlife Stadium dans la perspective de la rencontre de ce début d’après midi qui opposera les Jets aux Bengals. J’aurais l’avantage d’être aux premières loges pour suivre l’équipe locale qui n’en finit pas de panser ses plaies au poste de QBQuarterback
c'est le stratège de l'équipe. Il décide des tactiques avec ses coachs. Il est chargé de transmettre la balle à ses coureurs et de distiller les passes à ses receveurs.
. Et je voulais revenir en préambule de ce match sur la malédiction qui semble s’être abattue sur les quart-arrières des Jets depuis quelques décennies.

Ryan Fitzpatrick
Ryan Fitzpatrick
Il ne s’agit pas seulement du cas isolé de Ryan Fitzpatrick. Un QB qui a lancé 11 interceptionsInterception
passe du QB rattrapée par un défenseur (un adversaire).
en une demi-saison puis a été invité à rejoindre le banc sait pertinemment que ses jours sont comptés dans le New Jersey. Non, il s’agit plus généralement de la franchise des New York Jets qui se retrouve dans la même situation depuis près d’un demi-siècle : celle d’une équipe dans l’incapacité de trouver un successeur à « Broadway Joe » et condamnée à entendre ses fans hurler avec une pointe d’ironie dans les travées du Metlife Stadium : « 1969, 1969 ! » en référence à leur dernière victoire au Super Bowl

Car les Jets sont toujours à la recherche du QB capable de leur permettre de retrouver les sommets à l’image de ce qu’à pu faire il y a 50 ans un certain Joe Namath. Geno Smith ne sera pas l’heureux élu. Smith n’a pas simplement terminé sa saison il y a 3 semaines en se blessant au genou, il a de mon point de vu terminé sa carrière avec les Jets. Encore eut-il fallu qu’il l’eusse vraiment débutée comme l’écrivent sournoisement les journalistes du « Daily News » toujours très cassants avec les joueurs des Jets !

Oui mais voilà, le coach Todd Bowles semble désormais contraint de faire confiance à Ryan Fitzpatrick. On ne va pas se mentir, celui-ci a clairement joué en surrégime la saison dernière et il est revenu cette année à la difficile réalité de son « vrai » niveau de jeu, celui d’un QB moyen incapable de tirer durablement les Jets vers le haut.

Joe Namath
Joe Namath
Sans vouloir refaire l’histoire, le choix de faire confiance à Fitzpatrick à l’intersaison n’a clairement pas été simple pour le staff des Jets. Après de longues délibérations internes, ils ont considéré qu’il représentait leur meilleure option pour décrocher une place en Playoffs. Sauf que cela ne s’est pas du tout passé ainsi. Les premiers matchs se sont mal enquillés et Fitzpatrick s’est retrouvé sur le banc avant de revenir par défaut à la tête de l’attaque.

Mais qu’en est-il des jeunes backups Bryce Petty et Christian Hackenberg qui sont désormais N° 2 et 3 ? Pourquoi ne pas leur donner une chance pour préparer l’avenir en sachant qu’il faudrait un miracle cette saison pour décrocher une place en Playoffs ! Pour le moment, les Jets sont toujours en train de prospecter à ce poste si décisif dans ce sport. Mais les 50 années de disette commencent à faire long pour les fans ! La question que pose donc les analystes est la suivante : pourquoi ne pas lancer Petty dans le grand bain et s’il ne fait pas l’affaire pourquoi ne pas laisser une chance à Hackenberg dans la foulée ?

Vinny Terstaverde
Vinny Terstaverde
Les fans des Jets, particulièrement ceux d’un certain âge savent à quel point ils ont pu être déçu des choix qui ont été fait par le staff des Jets au post de QB ces dernières décennies ? Richard Todd, puis Ken O’Brien, Chad Pennington ou bien même Mark Sanchez on bien réussi à amener les Jets en Playoffs mais avec une ambition limitée. Finalement le QB qui a laissé la meilleure impression chez les fans New Yorkais n’est autre que Vinny Testaverde auteur de 29 TD pour seulement 7 interceptions à l’époque de Bill Parcells où les Jets étaient parvenus à mener à la mi temps de l’AFC Championship Game face aux Broncos. « Les types qui d’habitude ne commettent jamais de fumbleFumble
quand le porteur du ballon laisse échapper celui-ci par maladresse ou suite à un choc. Le ballon est alors à terre mais vivant et c'est la 1ère équipe qui le ramasse qui en prend la possession. Avec les interceptions, le fumble est la seconde façon de rendre le ballon à l'adversaire. Ensemble, ils constituent des Turnovers (pertes de balle). C'est souvent cette stat. qui décide de l'issue de la rencontre.
ont commencé à perdre des ballons »
raconte alors Parcells à propos de ce qu’il considère encore comme sa défaite la plus douloureuse de sa carrière.

Les Jets sont désormais en position fort délicate cette saison avec un triste record de 3-5 (à actualiser). Et heureusement qu’ils ont les Browns dans leur conférence ! Ils ont enregistré ces dernières années quelques cruelles défaites comme celle face aux Bills en fin de saison dernière et qui leur couta les Playoffs. Et puis il y a eu cet épisode à l’intersaison de négociation contractuelle avec Fitzpatrick qui a fini par obtenir le contrat qu’il attendait. Sauf que l’on connait la suite de l’histoire, cette série d’interception, cette mise à l’écart, la blessure de Geno Smith. Fitzpatrick de retour aux affaires face aux Browns qui décroche une victoire poussive mais qui perd ce qui lui reste de crédibilité auprès des fans en admettant publiquement avoir irrémédiablement perdu la confiance du coaching staff.

Petty et Hackenberg
Petty et Hackenberg
Même dans l’hypothèse peu probable où Fitzpatrick, dans sa 7ème année chez les pros se refaisait une santé à l’image de la saison dernière, quelle espèce d’importance cela pourrait avoir pour le projet des New York Jets ? Pas grand-chose pour une bonne et simple raison : dans une ligue de QB, ils ne disposent pas d’un playmaker digne de ce nom à ce poste ! Or la défense des Jets n’est pas assez performante pour compenser cet état de fait. Face à une équipe comme les Patriots par exemple, ils n’ont pas les moyens de rivaliser.

D’où la tentation de faire confiance à Petty voire à Hackenberg. Toutes les personnes qui suivent les Jets savent pertinemment que malgré les deux AFC Championnship Games vécues sous l’ère Rex Ryan, le fait de s’être trompé sur le potentiel de Sanchez a contribué à ralentir la progression long terme de la franchise. Idem avec Geno Smith !

Pour rappel, l’organisation des Jets a préféré ne pas sélectionner Paxton Lynch lors de la dernière Draft alors que le Kid avait la grosse côte auprès de John Elway, référence en la matière. Autre choix troublant, ils ont préféré Hackenberg devant Dak Prescott ! Oui vous ne rêvez pas !

Les Jets ne se sont au final jamais donnés les moyens d’effectuer le transaction qu’a réalisé un Ernie Accorsi aux Giants pour décrocher Eli Manning et changer la donne pour la franchise. Le dernier pion sur lequel ils ont misé n’était autre que Mark Sanchez et l’histoire sait ce qu’il en a été. Quand on pense que le front office a laissé par exemple les Seahawks choisir Russell Wilson avec le 75ème choix.

Rien ne sert au final de remuer le couteau dans la plaie. Les Jets vont devoir terminer la saison avec Fitzpatrick, Petty ou Hackenberg. Et si l’un d’entre eux créait la surprise ? Au pire ce serait un nouveau retour à la case départ ou plutôt à la case 1969 !

 

Quizz "Football Roadtrip 2016" :

Quelle légende du College Football a dit de Joe Namath : " C'est le plus grand athlète que je n'ai jamais coaché" ?

Les 3 premières bonnes réponses postées sous forme de commentaires marquent 5, 3 et 1 point.

 

Suivez mon Roadtrip sur Twitter @tomasino22, Instagram tomasino22 ou Facebook Footballamericain.com

 

Voir toutes les infos de ce match (articles, statistiques, play-by-play...)

  1 2 3 4 OT Final
New York 0 6 0 0 0 6
Los Angeles 3 0 3 3 0 9
... chargement de la zone de commentaire ...

 Quand tu gagnes, ne dis rien. Quand tu perds, dis-en encore moins.  – Paul Brown

En VO :  When you win, say nothing. When you lose, say less. 

Citation réelle proposée par Trixi. Suggérer une citation réelle ou fictive pour 10 Bzh !